LE VACCIN EST LA PANDEMIE - LE COVID-19 EST LA DIVERSION - LES DEUX SONT UN MOYEN...

Il se passe des choses étranges et diaboliques avec cette vaccination…

11/06/2021 → source

Présent aussi sur :

« Il se passe des choses étranges et diaboliques avec cette “vaccination” à laquelle ils tiennent tant… » , l’article magistral de Mike Whitney analyse en détail les dangers de la politique vaccinale. Ses arguments scientifiques sont clairs, cohérents, étayés. Il conclut :

« Lorsque les gens commenceront à mourir, leurs décès seront attribués aux “variants” du Covid plutôt qu’au vaccin. C’est une stratégie intelligente et elle semble déjà fonctionner. On a constaté un pic de décès dans presque tous les pays qui ont lancé une campagne de vaccination de masse, mais personne n’a rejeté la faute là où elle doit l’être : sur les vaccins eux-mêmes. Qui aurait cru que tuer pouvait être si facile ? »

Alors pourquoi ces arguments, qui prouvent l’intention malfaisante des « élites », ne convaincront-ils que les convaincus ?

Faire d’emblée confiance : une attitude infantile

Comment peut-on accepter se soumettre à une expérimentation en tant que cobaye humain ? Parce que lorsqu’on a peur, « faire confiance » aux autorités, aux adultes qui ne veulent que notre bien est rassurant. Etre sceptique revient à mettre en question l’autorité des élites et des institutions. Réfléchir, penser, être adulte, ça fait peur à beaucoup de moutons qui veulent être gardés par un berger sans penser à l’abattoir qu’il leur prépare.

Le facteur déterminant dans le refus de la vaccination est la confiance dans les institutions et les scientifiques. Ainsi, que les gens déclarent faire confiance ou pas au Conseil scientifique, ou encore au ministre de la Santé Olivier Véran, ils sont soit majoritairement favorables à toutes les déclinaisons de l’obligation vaccinale ou, au contraire, opposés à toutes.

La gifle drômoise à Macron a manifesté que le roi n’est considéré que comme un enfant (un adulte aurait pris un pain). Les partis politiques qui jouent les indignés ont raison. Garderaient-ils des électeurs, si la méfiance envers eux et les institutions avait le droit de se manifester ? Seul le taux d’abstention aux élections témoigne de cette perte de confiance. Cela ne les inquiète d’ailleurs pas trop, car c’est sans conséquence sur l’issue du vote.

Se faire vacciner : un acte politique

Les idées politiques d’extrême gauche et d’extrême droite jouent aussi un rôle : leurs partisans sont les plus rétifs à l’idée d’un passeport vaccinal. Ceux qui pensent que les élites sont corrompues ne font pas confiance en ce que les journalistes appellent — sans poser la question de sa définition — « la science » . Les proches d’Europe Ecologie Les Verts n’adoptent pas une posture « vaccinosceptique » (contrairement à certains élus du parti). Une preuve de plus qu’ils ne sont pas une force d’opposition ?

Qui se fait vacciner ?

Question catégorie socio-professionnelle, les cadres n’ont pas confiance dans les autorités qui se disent favorables à la vaccination (politiques, industriels, médecin…).

Le sexe joue un rôle lui aussi. Les femmes sont nettement moins favorables à la vaccination que les hommes. Souvent responsables de la santé du foyer, elles adoptent évidemment une posture de précaution à ce sujet.

À niveau d’études, âge et catégorie socio­professionnelle similaires, les plus âgés sont les premiers défenseurs de la vaccination anti-Covid (62 % à 78 % chez les 65 ans et plus qui sont 14 millions de personnes).

Les 18-24 ans favorables à la vaccination sont passés de 26 % en décembre 2020 à 55 % en avril 2021, annonce 20minutes. Avec deux doses, ils ne sont que 1,89 % des vaccinés (241 541) au 4 juin 2021, mais devraient, selon le sondage pour Santé Publique France, être bientôt plus de 7 millions à se faire vacciner. Il faut tenir compte du fait que la campagne vaccinale pour leur tranche d’âge ne fait que commencer (depuis le 31 mai). A voir donc dans les prochains jours. Le chantage aux vacances impossibles sans preuve de vaccination ou tests négatifs à renouveler, aura peut-être raison de leurs réticences. Et si les chiffres de Santé Publique France, repris par 20minutes, étaient faux ? Là, en revanche, on peut faire confiance.

Articles similaires

Bouton retour en haut de la page