Tests PCR et Morgellons

La réalité des tests PCR

05/04/2021

le PCR n’est PAS un test révélant directement une infection mais une trace infinitésimale de segments d’un virus amplifié plus de mille milliards de fois ([à] CT40).
Une infection ne se teste pas à partir d’un test génétique. On teste plutôt d’habitude une charge virale dans le sang. Le test PCR, qui convient bien pour déceler la présence ou non d’un individu sur une scène de crime (1 ou 0), ne convient pas pour mesurer le développement d’une épidémie. Il ne mesure pas la quantité de virus présent sur l’échantillon et comme il en est incapable, il amplifie la trace trouvée éventuellement jusqu’à ce que celle-ci devienne significative!
Il s’agit carrément d’une forme de fraude.

Il n’y a pas un consensus scientifique précis et/ou international entre l’importance de l’amplification et la preuve d’une infection. Les laboratoires ont donc libre appréciation et cela n’a rien de scientifique ni de cartésien. Les laboratoires n’ont pas testé une population de symptomatiques covid-19 en vérifiant une moyenne d’amplification nécessaire pour déclencher leur réactif. Ils ont donc fait un choix arbitraire qui ne veut rien dire. Or ce choix ne reposait pas sur une estimation logique.
En effet, voyons en détail pourquoi le protocole fixé à CT40 ou CT45 est absurde dans le nombre d’amplifications.

Après modification d’un ou deux segments d’ARN en ADN, celui-ci est dupliqué à nouveau en deux exemplaires (CT2). Et ainsi de suite, chaque nombre étant dupliqué en deux. Concrètement, cela donne ceci :

  • CT10 cycles : 2 segments, 4 segments, 8, 16, 32, 64, 128, 256, 500 (pour faire simple), 1000 segments
  • CT20 cycles : 2000, 4000, 8000, 16000, 32000, 64000, 128000, 250000, 500.000, 1 million
  • CT30 cycles : 2M, 4 M, 8 M, 16M, 32M, 64M, 128M, 256M, 500 M, 1 milliard de segments
  • CT40 cycles : 2, 4, 8, 16, 32, 64, 128, 500 milliards, mille milliards de segments
  • CT45 cycles : 1000 milliards, 2000 milliards, 4000 milliards, 8000 milliards, 16.000 milliards de segments.

L’amplification à CT40 ou CT45 est tellement exagérée que les «cas» testés positifs s’avèrent dans [au moins] 97% des cas asymptomatiques !

L’inventeur du test PCR a bien dit que celui-ci ne permet pas de savoir si vous êtes malade et des experts internationaux suggèrent que jusqu’à 90 % des cas de COVID pourraient être des faux positifs.

Force est de constater que le test est donc un échec tellement il est inexact. Soit la quantité de virus fut insuffisante pour créer une infection chez le cas positif asymptomatique, soit il est immunisé: dans les deux cas, il n’y a pas lieu de citer au JT et tout au long de la journée qu’ «aujourd’hui on recense encore 200 (ou que sais-je?), cas infectés»… Car c’est tout simplement FAUX à [plus de] 97%. Or ce test a été cautionné par tous les experts jusqu’ici…
Un test doit servir à préciser le diagnostic d’un malade et ne convient pas à des gens en bonne santé. A moins de passer sa vie à faire les milliers de tests existants sur tout le corps…

Malgré ce qu’affirment certains “spécialistes”, une interview de l’inventeur du test PCR (Karry Mullis), précise que son test n’est pas fiable pour déceler des infections, il décèle uniquement des traces infinitésimales.
Extrait de l’interview de Kary Mullis : « Le PCR est un procédé qui ne dit pas si vous êtes malade » (ni à fortiori contagieux). « Ça ne dit pas que la chose que vous avez contractée va réellement vous nuire… »; « Avec le test PCR, si vous le faites bien, vous pouvez trouver presque n’importe quoi chez n’importe qui… »; « Je veux dire, si vous pouvez amplifier une seule molécule jusqu’à obtenir quelque chose de vraiment mesurable – ce que le test PCR peut faire – alors il n’y a que très peu de molécules que vous n’ayez pas au moins en un seul exemplaire dans votre corps. On pourrait donc considérer ça comme un usage détourné… »

Les virus se trouvent par milliards dans l’air respiré et si on utilisait ce test PCR pour repérer d’autres virus, on en trouverait donc aisément toute une quantité dans le nez (le filtre à air du corps) de la population.

Quand on pense aux conséquences économiques et sociales de l’utilisation de ces tests, et aussi aux conséquences sur les soins de santé, on ne peut plus tolérer l’utilisation de ces résultats faussés.




Zoom sur un écouvillon de test Covid-19

28/03/2021 →

Le test Covid 19 sous microscope montre de petites fibres noires qui réagissent à la chaleur et se déplacent dessus.

Pas de test, pas d’hospitalisation…

21/03/2021 → Gardez le contact :

Shining traduction

Mardi 16 mars 2021 au matin, un patient est admis en urgence au CHRU de Brest pour y subir une opération de la main suite à un accident du travail. Il va faire l’objet de plusieurs manquements graves lors de sa prise en charge par le personnel médical, et d’une négation de ses droits élémentaires, dont le fameux consentement libre et éclairé qui sera ici totalement bafoué. Des gestes et des procédés intolérables qui posent question. Plus de 24 heures après les faits, cet homme pourtant robuste, est toujours traumatisé.

Source : vk.com/…

Test PCR sur bébé – Sans commentaire…

20/03/2021

Le test PCR par le Docteur Buttar

14/03/2021 – 13:34 mn →

Source → Quadrillage traduction

La vidéo source est sur la chaîne privée du Dr Buttar sur www.v2c.live et ne peut être diffusée sur YouTube. Pour avoir voulu travailler cette vidéo en mode privé, YouTube m’a sanctionné de 15 jours de censure et de menace de fermeture de ma chaîne.
Cette vidéo explique la dangerosité du test PCR et explique que les coton-tiges utilisés sont en fait constituées de fibres argentées qui sont en fait des nano particules. Propos confirmés par d’autres médecins.
Les lecteurs, les mal et non entendants peuvent accéder à la transcription de cette vidéo ici : https://textup.fr/534460dS
Vidéo mise en ligne par Quadrillage Traduction le 8 mars 2020.
Merci à Fontsgraphicdesign pour le graphisme.


Une infirmière témoigne

13/03/2021 – Durée 13:35 mn →

Témoignage d’une infirmière de Nice sur l’arnaque des tests PCR…

Lien de la vidéo originale datée du 11 mars 2021 :

Sources :
Shining Traduction → t.me/…
Pour échanger → t.me/…
Planète 360 → planetes360.fr
InfoVF → infovf.com

Qu’est ce qu’un test PCR ?

En deux mots, c’est une réaction enzymatique qui permet de sélectionner puis d’amplifier en une très grande quantité un fragment d’ADN particulier, présent en très faible quantité au départ, parmi des millions d’autres fragments.
Les tests par RT-PCR ne sont pas toujours pertinents pour évaluer une évolution épidémique, et prendre des mesures en conséquence. Les circonstances de réalisation (CT) des tests n’étant pas codifiées de façon transparente, il est impossible de tirer de leurs résultats une interprétation épidémiologique à l’échelle de la population.

Qu’est ce que la positivité d’un test RT-PCR ?

  • Signifie que l’analyse par PCR (Polymerase Chain Reaction) a détecté la présence de fragments d’ARN du virus SARS-CoV-2.
  • Cette technique permet de détecter des fragments d’ARN présents en très faible quantité, par cycles d’amplifications successives. Au-delà d’un certain nombre de cycles, la majorité des prélèvements positifs ne contient que des fragments inactifs (aucun virus entier ne peut être obtenu en culture).
  • Un résultat PCR positif signifie donc soit que la personne porte en elle du virus actif et est potentiellement malade ou contagieuse, soit qu’elle porte en elle des traces inactives du virus et n’est ni malade ni contagieuse.

Propositions raisonnables

  • Réserver les tests aux patients symptomatiques ou ayant été en contact avec un malade porteur du SARS-CoV-2.
  • Établir une grille de lecture des résultats identique pour tous les laboratoires d’analyse français.
  • Cesser de se baser sur le nombre de «cas positifs» pour justifier de mesures restrictives (zones rouges, couvre feu, confinement).
  • Revenir à l’étude des critères épidémiologiques habituels que sont la morbidité (nb de malades) et la mortalité (nb de morts).

Articles similaires

Bouton retour en haut de la page