Ils ne pourront plus sortir dans la rue !

Guide complet de la 5G

04/07/2021 – Des chercheurs français dévoilent 9 astuces pratiques pour vous mettre à l’abri des ondes

Document à télécharger : Fichier PDF

Une vidéo très inintéressante : 5G Apocalypse 221 Mo

L’Association robindestoits.org se destine à comprendre et démontrer les dangers du téléphone portable et des antenne-relais GSM, UMTS (3G), 4G et plus mais aussi du Wi-fi, du Bluetooth et des téléphone sans fil DECT…



Depuis le 29 septembre 2020, la France a décidé de foncer tête baissée dans la 5G, la cinquième génération de réseaux mobiles.

«La France va prendre le tournant de la 5G» a martelé le président Macron.

  • Malgré l’alerte planétaire surles dangers de la 5G lancé par 170 scientifiques de renom[2];•Sans attendre l’avis de l’Agence nationale de sécurité sanitaire de l’alimentation, de l’environnement et du travail (prévu début 2021).•Malgré les travaux de l’OMS qui ont montré que si vous passez plus de 30 minutes par jour près de votre téléphone, vous avez40% de risque en plus de développerune tumeur au cerveau;•Malgré ce qu’a déclaré le Astuce de l’Europe dès 2011: «Les ondes utilisées dans le domaine des radars, de la télécommunication et de la téléphonie mobile semblent avoir des effets biologiques plus ou moins
  • Sans attendre l’avis de l’Agence nationale de sécurité sanitaire de l’alimentation, de l’environnement et du travail (prévu début 2021).
  • Malgré les travaux de l’OMS qui ont montré que si vous passez plus de 30 minutes par jour près de votre téléphone, vous avez40% de risque en plus de développer une tumeur au cerveau
  • Malgré ce qu’a déclaré le Astuce de l’Europe dès 2011: «Les ondes utilisées dans le domaine des radars, de la télécommunication et de la téléphonie mobile semblent avoir des effets biologiques plus ou moins nocifs sur les plantes, les insectes et les animaux ainsi que sur l’organisme humain, même en cas d’exposition à des niveaux inférieurs aux seuils officiels».
  • Malgré le rapport du BioInitiative Working Group, qui a analysé plus de 3000 travaux scientifiques indépendants, et conclu que l’exposition aux ondes électromagnétiques est responsable d’une augmentation significative des risques de cancer, de perturbation du sommeil, des effets génotoxiques (altération du patrimoine génétique) et de la cataracte, etc…
La 5G débarque!!!
Inutile de faire des pétitions, des rassemblements, des appels à référendums, l’affaire est pliée depuis des mois.

  • Optez pour un câblage électrique blindé qui neutralise les champs électriques et évitez de faire passer les câbles existant dans les zones où vous passez du temps (ex: en dessous de votre lit)
  • Veillez à éviter les appareils électriques qui entrent en contact avec votre corps. Ce sont les plus dangereux (ex: le rasoir électrique mais aussi un accessoire qu’utilisent encore trop souvent les femmes)
  • Préférez les connexion filaires, USB ou fibre optique au WIFI. Au pire, éteignez votre wifi dès que vous ne vous en servez plus
Et d’autres actions de prévention…

Recherchez par vous-même et faites-vous votre propre idée de cette technologie !

Six risques et effets potentiels de la 5G sur la santé humaine

Source (Anglais) : roboticsbiz.com/…

Il existe un besoin urgent de mise en œuvre des technologies numériques, y compris la cinquième génération (5G) de communication sans fil, pour une croissance économique durable dans le monde. Cependant, il est nécessaire de prendre en compte les éventuels impacts négatifs collatéraux.

Compte tenu des aspects économiques de la 5G , de nombreux défis sont à relever sur la voie de la réalisation d’une « société du gigabit ». Ils comprennent des préoccupations concernant la création d’une demande suffisante pour la 5G , la complexité technique, les investissements nécessaires, la sécurité et la santé, la sûreté et les problèmes environnementaux.

L’introduction de la 5G et de l’IoT associé augmentera considérablement le nombre d’appareils sans fil et la haute densité d’infrastructures, qui fonctionnent dans les parties haute fréquence du spectre électromagnétique, créant un volume de données mobiles plus élevé par zone géographique. La question est de savoir si de telles fréquences plus élevées peuvent avoir un impact négatif sur la santé, en raison de l’inéluctabilité d’une exposition constante des citoyens dans un environnement 5G .

Les rayonnements non ionisants, qui comprennent les rayonnements des téléphones portables et de la 5G, sont perçus comme inoffensifs en général, en raison de leur manque de puissance. Cependant, les scientifiques soulignent que, dans le cas particulier de la 5G, le problème n’est pas la puissance, mais le niveau élevé de pulsations ou les fréquences plus élevées, auxquelles toute la population est exposée en raison du réseau dense d’antennes et de connexions simultanées.

Les organisations mondiales de santé comme l’OMS ont donc recommandé des limites d’exposition pour le grand public et l’exposition professionnelle dans la plupart des pays, sur la base des recommandations des directives de l’ICNIRP ou de l’IEEE. Ces limites d’exposition sont basées sur des effets prouvés sous forme de dommages thermiques sur les matériaux biologiques.

De nombreuses études récentes illustrent que le rayonnement sans fil continu semble avoir des effets biologiques, notamment compte tenu des caractéristiques particulières de la 5G : la combinaison d’ondes millimétriques, une fréquence plus élevée, le nombre d’émetteurs et le nombre de connexions. Recommandant une approche prudente car la 5G est une technologie non testée, ils suggèrent que la 5G affecterait la santé des humains, des plantes, des animaux, des insectes et des microbes.

Selon l’étude de 2019 « Déploiement de la 5G : l’état des lieux en Europe, aux États-Unis et en Asie » préparée pour le Parlement européen, la recherche technologique à long terme est essentielle. L’étude indique que le principal problème semble être qu’il n’est actuellement pas possible de simuler ou de mesurer avec précision les émissions 5G dans le monde réel. Cet article résumera certains des risques et effets critiques de la 5G sur le corps humain.

1. ADN


Plusieurs études montrent des effets néfastes sur les organismes vivants induits par différents types de champs électromagnétiques (CEM) d’origine humaine. Une étude sur les insectes (Chironomidae) s’est concentrée sur les effets sur l’ADN des chromosomes géants des glandes salivaires des animaux avec différentes fréquences (64,1–69,1, 67,2, 68,2 GHz). Toutes les fréquences, utilisant des densités de puissance <6 mW/cm2, ont réduit la taille d’une zone particulière du chromosome. Ceci, à son tour, a conduit à l’expression de protéines sécrétoires spécifiques de la glande salivaire. D’autres études suggèrent une variété d’effets, le plus important étant les dommages à l’ADN, qui sont liés au cancer, au vieillissement, aux maladies neurodégénératives, au déclin de la reproduction, à l’instabilité du génome, etc.

2. Peau


La plus grande préoccupation est de savoir comment la 5G affectera la peau humaine. Notre corps possède entre deux et quatre millions de canaux sudoripares, qui peuvent agir comme un réseau d’antennes hélicoïdales lorsqu’elles sont exposées à des longueurs d’onde, c’est-à-dire que les humains deviennent plus conducteurs. Une étude récente de New York qui a expérimenté des ondes à 60 GHz a déclaré que les analyses de profondeur de pénétration montrent que plus de 90 % de la puissance transmise est absorbée dans les couches de l’épiderme et du derme. Cela peut entraîner des douleurs physiques à la peau, des maladies de la peau et le cancer.

3. Yeux


Une étude de 1994 a révélé qu’un rayonnement micro-ondes millimétrique de faible intensité produisait une opacité du cristallin chez les rats, qui est liée à la production de cataractes. Les effets du MMW ont également été testés (60 GHz, 475 mW/cm2, 1,898 mW/cm2, 6, 30 min) sur des yeux de lapin, décrivant des lésions thermiques aiguës de divers types. La température plus élevée juste en dessous de la surface de l’œil pourrait provoquer des dommages.

Une expérience menée par l’Institut de recherche médicale de l’Université médicale de Kanazawa a découvert que les antennes à ondes millimétriques à 60 GHz pouvaient provoquer des lésions thermiques de différents niveaux. Les effets thermiques causés par les ondes millimétriques peuvent pénétrer sous la surface de l’œil. Une étude chinoise de 2003, quant à elle, a également révélé des dommages aux cellules épithéliales du cristallin de lapins après 8 heures d’exposition aux micro-ondes.

4. Coeur


Une étude menée en Russie a révélé que les fréquences comprises entre 53 et 78 GHz que la 5G propose d’utiliser avaient un impact sur la variabilité de la fréquence cardiaque, indiquant un stress chez les rats. Une autre étude russe sur des grenouilles, dont la peau a été exposée aux MMW, a révélé des changements notables de la fréquence cardiaque (arythmies).

5. Immunité


En 2002, des chercheurs russes ont examiné les effets de l’exposition aux micro-ondes à 42 Hz sur le sang de souris en bonne santé. L’étude a conclu que l’exposition de souris saines à un EHF EMR de faible intensité a un effet profond sur les indices d’immunité non spécifique. Une autre étude, portant sur les effets du MMW sur le système immunitaire de souris ou de rats, a révélé une activation du système immunitaire aux niveaux cellulaire et moléculaire.

Une étude arménienne de 2016 a suggéré que les effets de MMW sont principalement sur l’eau, la membrane plasmique cellulaire et le génome. Ils ont découvert que le contact entre le MMW et les bactéries modifiait leur sensibilité à divers produits chimiques biologiquement actifs comme les antibiotiques. Notamment, la combinaison de MMW et d’antibiotiques a montré qu’elle pouvait conduire à une résistance aux antibiotiques chez les bactéries.

6. Croissance cellulaire


Une étude arménienne de 2016 a observé des MMW à faible intensité, reflétant l’environnement futur produit par la 5G. Il a mené sur E-coli et d’autres bactéries et a déclaré que les vagues déprimaient leur croissance, changeaient les propriétés et l’activité des cellules. La crainte est que cela fasse la même chose pour les cellules humaines.


Résumons.
Bien qu’il existe de nombreuses études sur les impacts potentiels de la 5G sur la santé humaine, elles ne sont pas claires. Bien qu’il n’existe aucun mécanisme connu pour que les rayonnements non ionisants aient un effet biologique, cela ne signifie pas qu’ils sont sûrs ou qu’aucun effet n’existe. En effet, les chercheurs continuent de mener des études. Mais pour l’instant, tout ce que nous savons sur les réseaux 5G nous dit qu’il n’y a aucune raison de s’alarmer.

Scientifiques et médecins alertent sur les effets de la 5G


Source PDF
Traduction française du texte original anglais : alerte.ch/…

Nous sommes plus de 170 scientifiques et médecins de 37 pays à demander un moratoire sur le déploiement de la 5G –cinquième génération de téléphonie mobile –jusqu’à ce que des études d’impact sanitaires et environnementales sérieuses et indépendantes aient été réalisées préalablement à toute mise sur lemarché. La 5G augmenteraconsidérablement l’exposition aux champs électromagnétiques de radiofréquences (RF-CEM) et s’ajoutera au brouillard électromagnétique déjà produit par la 2G, 3G, 4G, Wi-Fi, etc., exposition dont il a été prouvé qu’elle estnocive pour les humains et pour l’environnement.

La 5G conduira à une augmentation générale massive de l’exposition aux ondes du sans-fil

La technologie de la 5G est efficace sur des petites distances seulement. Elle se transmet mal à travers les solides. Il faudra beaucoup de nouvelles antennes-relais et la nouvelle architecture du réseau exigera une nouvelle antenne toutes les 10 ou 12 maisons en zone urbaine créant de fait, une exposition massive à laquelle nul ne pourra se soustraire. Le déploiement de nouveaux transmetteurs pour la 5G (on les trouvera également dans les foyers, les boutiques, les hôpitaux) devrait générer selon les estimations entre 10 et 20 milliards de connexions (réfrigérateurs, machines à laver, caméras de surveillance, voitures et bus sans conducteurs) et constituera l’Internet des objets. Tout cela augmentera substantiellement l’exposition permanente de l’intégralité de la population européenne aux champs électromagnétiques des technologies du sans-fil.

Les dangers de l’exposition aux champs électromagnétiques de radiofréquences (RF-CEM) sont déjà démontrés


Plus de 230 scientifiques de plus de 40 pays ont exprimé leur «préoccupation sérieuse» concernant l’accroissement permanent et universel de l’exposition aux champs électromagnétiques par les technologies du sans-fil avant l’ajout du déploiement de la 5G. Ils font référence aux «nombreuses études scientifiques récentes qui ont démontré que ces champs électromagnétiques affectent les organismes vivants à des niveaux d’exposition bien en-dessous des valeurs limites internationales». Ces effets accroissent le risque de cancer, le stress cellulaire, augmentent l’apparition de radicaux libres nocifs, de dommages génétiques, de changements structurels et fonctionnels du système reproductif, de déficits d’apprentissage et de mémoire, de désordres neurologiques et d’impacts négatifs sur le bien-être. Ces dommages n’affectent pas seulement l’homme mais aussi la faune et la flore selon un nombre croissant d’études.

Depuis l’appel de scientifiques de 2015 de nouvelles recherches ont confirmé de manière convaincante les graves risques sanitaires liés aux champs électromagnétiques de radiofréquences (RF-CEM). L’étude officielle américaine du National Toxicology Program (NTP) qui a coûté 25 millions de dollars, montre un accroissement statistiquement significatif de cancer du cerveau et du cœur chez des animaux exposés à des niveaux de champs électromagnétiques bien inférieurs aux valeurs limites préconisées pas la Commission Internationales de Protection contre les Champs Électromagnétiques (ICNIRP) et en vigueur dans la plupart des pays. Ces résultats sont corroborés par des études épidémiologiques sur les risques de cancers du cerveau chez les humains exposés aux radiofréquences des technologies sans-fil. Un grand nombre d’études publiées dans des revues scientifiques à comités de lecture démontrent les dangers de ces expositions à ces radiofréquences pour l’homme.

Le Centre de Recherche International contre le Cancer (CIRC) qui fait partie de l’Organisation Mondiale de la Santé (OMS) a classifié les radiofréquences de 30KHz –300 GHz en «Peut-être Carcinogènes pour l’Homme» Groupe 2B. Cependant, des études parues depuis, comme celle du NTP mentionnée plus haut ainsi que plusieurs études épidémiologiques incluant les études les plus récentes sur la téléphonie mobile et risques de cancer associés confirment que les champs électromagnétiques de radiofréquences (RF-CEM) sont cancérigènes.

Les préconisations de l’EUROPAEM-EMF 2016 précisent que «les preuves s’accumulent qui montrent que l’exposition permanente à certains champs électromagnétiques est un facteur de risque pour des affections telles que le cancer, la maladie d’Alzheimer, l’infertilité humaine… Les symptômes de l’Electrohypersensibilité (EHS) quicomportent : céphalées intenses,troubles de la concentration, troubles du sommeil, épuisement ainsi que des symptômes similaires à ceux de la grippe».

Or une part croissante de la population européenne est affectée par des symptômes de mal-être associés depuis des années à l’exposition croissante aux ondes des technologies sans-fil dans la littérature scientifique. La Déclaration Internationale sur l’Electrohypersensibilité (EHS) et la Sensibilité aux Produits Chimiques Multiples (MCS) de Bruxelles en 2015 stipule que :
«Au vu de nos connaissances scientifiques actuelles, nous appelons instamment tous les organismes et institutions nationaux et internationaux (…) à reconnaître l’EHS et le MCS comme de vraies pathologies considérées comme des maladies sentinelles annonciatrices d’un problème de santé publique majeur dans les années à venir dans le monde entier: c’est-à-dire dans tous les pays autorisant l’utilisation sans restriction de technologies électromagnétiques sans-fil et la commercialisation de substances chimiques. L’inaction a un coût pour la société désormais et n’est plus une option.(…) Nous appelons tous les organismes et institutions nationaux et internationaux à prendre conscience de ce problème majeur de santé environnementale (…) et que les mesures majeures de prévention primaires soient adoptées et priorisées, dans la perspective de cette pandémie mondiale».

Principe de Précaution


Le Principe de Précaution (UNESCO) fut adopté par l’Union Européenne en 2005:«l’absence de certitudes, compte tenu des connaissances scientifiques et techniques du moment,ne doit pas retarderl’adoption de mesures effectives et proportionnées visant à prévenir un risque de dommages graves et irréversibles (…)».

Résolution 1815 (Conseil de l’Europe 2011) : «Prendre toutes les mesures raisonnables pour réduire l’exposition aux champs électromagnétiques, notamment aux radiofréquences émises par les téléphones portables, et tout particulièrement l’exposition des enfants pour qui les risques de tumeurs de la tête semblent plus élevés (…) D’appliquer le principe ALARA c’est-à-dire le niveau le plus faible aussi raisonnablement que possible, à la fois pour ce qui est des effets thermiques et des effets athermiques ou biologiques des émissions ou rayonnements électromagnétiques (…) d’améliorer les critères d’évaluation des risques et la qualité de cette évaluation (…)».

Le code de Nuremberg (1949) s’applique à toutes les expérimentations sur des humains, incluant de fait, le déploiement de la 5G qui augmenteramécaniquement l’exposition aux champs électromagnétiques. Ces expérimentations «doivent résider dans les résultats d’expériences antérieures faites sur des animaux (…) L’expérimentation ne doit pas être tenté lorsqu’il y a une raison a priori de croire qu’elle entraînera la mort ou l’invalidité du sujet, à l’exception des cas où les médecins qui font les recherches servent eux-mêmes de sujets de l’expérience».

L’Agence Européenne de l’Environnement (AEE) alerte sur «Les risques liés à l’exposition aux rayonnements provenant des appareils du quotidien» même si le niveau d’exposition est bien inférieur aux valeurs limites de l’ICNIRP. L’AEE conclue «Il y a de nombreux exemples par le passé de la non application du principe de précaution qui ont eu pour résultats des dommages graves et parfois irréversibles pour la santé et l’environnement. Des expositions nocives peuvent se répandre largement avant qu’il n’y ait d’explications scientifiques des mécanismes biologiques».

Les Valeurs Limites d’Exposition protègent l’industrie -pas la santé


Les valeurs limites de l’ICNIRP en vigueur sont obsolètes. Toutes les preuves de dommages sanitaires exposées plus haut surviennent bien en-dessous de ces valeurs. Il faut donc en établir de nouvelles. L’inadéquation des valeurs limites de l’ICNIRP résulte des conflits d’intérêts de ses membres qui sont en lien avec l’Industrie ce qui met à mal l’impartialité qui devrait être la règle lorsqu’on fixe les seuls d’exposition aux rayonnements non-ionisants. De plus lorsqu’on évalue des risques cancérigènes, il est indispensable de disposer de scientifiques ayant des compétences en médecine et singulièrement en oncologie.

Les valeurs limites actuelles sont basées sur l’hypothèse dépassée que les seuls effets critiques pour la santé de l’exposition aux champs électromagnétiques sont de nature thermiques alors que de nombreux scientifiques ont démontré qu’il y avait bien des affections et effets qui n’ont absolument rien à voir avec les effets thermiques (effets non thermiques ou spécifiques) à des niveaux très inférieurs aux seuils d’exposition mis en place par l’ICNIRP.

Nous demandons à l’Union Européenne :


  • De prendre toutes les mesures raisonnables pour suspendre tout déploiement de la 5G jusqu’à ce que des scientifiques indépendants puissent assurer que la 5G et les champs électromagnétiques générés par les technologies sans-fil (5G ainsi que les 2G, 3G, 4G et le WI-Fi) ne présentent aucun danger pour la population européenne, particulièrement les nourrissons, les enfants, les femmes enceintes ainsi que pour l’environnement.
  • Que tous les pays de l’Union et leurs agences de sécurité sanitaire adoptent la Résolution 1815 et informent leurs populations, leurs corps enseignants et leurs corps médicaux des risques induits par l’exposition aux champs électromagnétiques des technologies sans-fil. Comment et pourquoi il faut s’en prémunir singulièrement dans les centres de soins, les écoles, les foyers, les lieux de travail; les hôpitaux et maisons de retraite.
  • De mettre en place sans attendre des comités scientifiques dont l’indépendance sera garantie par l’absence de liens avec l’industrie pour réévaluer le niveau de risque et
    a) de mettre en place de nouveaux seuils d’exposition vraiment protecteurs pour l’exposition aux ondes des technologies du sans-fil au sein de l’Union;
    b) d’étudier les effets cumulatifs de l’exposition affectant la population européenne;
    c) de mettre en place des règles légales au sein de l’Union sur les façons d’éviter une exposition supérieure aux nouvelles valeurs limites afin de protéger la population particulièrement les nourrissons, les enfants et les femmes enceintes.
  • D’empêcher l’industrie des télécommunications sans-fil via ses lobbies d’influencer les décideurs de l’Union à autoriser de nouvelles technologies propageant des champs électromagnétiques de radiofréquences ceci incluant la 5G.
  • De privilégier et de mettre en place des télécommunications filaires plutôt que sans-fil.

Nous attendons une réponse au plus tard au 31 octobre 2017 aux deux premiers signataires sur les mesures que vous prendrez pour protéger la population européenne des champs électromagnétiques de radiofréquences (RF-CEM) et singulièrement de la5G. Cet appel ainsi que votre réponse seront rendus publics.
Respectueusement,
Rainer Nyberg EdD, professeur émérite (Åbo Akademi), Vasa, Finlande
Lennart Hardell MD, PhD, Professeur (assoc) Département d’Oncologie, Faculté de Médecine et Santé, Hôpital
Universitaire,
Örebro, Suède

Liste de signataires:voir document original en anglais

Articles similaires

Bouton retour en haut de la page