Orientez votre futur maintenant

Discours de la servitude volontaire

Le renom d’Etienne de La Boétie s’attache à un écrit composé « en sa première jeunesse », « à l’honneur de la liberté contre les tyrans ». Dans le branle-bas de combat qui secouait le dernier quart du XVIe siècle, le célèbre libelle, par la volonté polémique des éditeurs, fut rebaptisé « le Contr’Un ». Aux périodes troubles de l’histoire de France et, en particulier, chaque fois que la nation se dressait contre l’autorité souveraine, il fut utilisé comme appel à la sédition. La résistance à la misère et à l’oppression ne passe pas, pour La Boétie, par la violence et le meurtre. La servitude des peuples est volontaire ; ce sont eux qui « se coupent la gorge » et qui, en acceptant le joug, dénaturent la nature humaine, pétrie de franchise et de liberté. Les hommes échapperont donc à leur horrible sujétion en reconquérant leur vérité première, leur « nature franche ». De cette restauration dépend la grande péripétie de la vie politique qui, dans une perspective contractualiste, fera de l’homme, et non plus de Dieu ou de ses lieutenants, le seul maître d’œuvre du monde politique.

Articles similaires

Bouton retour en haut de la page