Nous sommes nombreux !

Le moment décisif

26/11/2021 → 312Mo
Le moment décisifEpisode 1

Le projet de déploiement mondial des passeports-vaccins n’a rien à voir avec votre santé. Le passeport-vaccin est un cheval de Troie utilisé pour créer un tout nouveau type de société contrôlée et surveillée dans laquelle la liberté dont nous jouissons aujourd’hui ne sera plus qu’un lointain souvenir. Il est temps d’arrêter ce plan dans son élan.

Quadrillage Traduction :

Textup
Nous savons tous que nous vivons une époque difficile et troublante. Nous sommes au milieu d’une pandémie : des villes et des pays entiers sont bloqués pendant des mois, des gens perdent leur vie, leur emploi et leur entreprise. Les maladies mentales et les suicides sont en hausse et il faudra des générations pour rembourser la dette qui s’accumule. La censure et la polarisation semblent être la nouvelle norme, le débat nuancé et le respect mutuel cédant la place à une mentalité de proverbe “avec nous ou contre nous” qui a un effet glaçant et profondément diviseur sur nos sociétés auparavant ouvertes et tolérantes. Mais ce qui est bien plus inquiétant que tout cela, c’est que nous nous trouvons au bord d’un changement de civilisation dont les conséquences sont si vastes et les implications si profondes que peu sont capables de discerner l’imminence du danger ou de comprendre pleinement le Rubicon que nous étions sur le point de franchir et le monde dystopique qui nous attend de l’autre côté. Comment ce changement fondamental est-il amené à se produire, demandez-vous ? Par un tour de passe-passe, par une mauvaise orientation et par l’introduction du passeport vaccinal, apparemment bénin. Une telle affirmation semble extraordinaire, et vous auriez raison d’être sceptique. Mais, s’il vous plaît, permettez-moi de m’expliquer. La plupart d’entre nous vivant aujourd’hui dans des sociétés démocratiques sont nés dans la liberté. Nous n’avons tout simplement jamais connu autre chose. Les sociétés démocratiques libérales ne sont certainement pas parfaites, mais nous sommes essentiellement libres de vivre la vie que nous choisissons, d’aller où bon nous semble et de nous comporter comme nous le souhaitons, sauf lorsque nos actions sont expressément interdites par la loi, comme voler, commettre des actes de violence ou ôter la vie à autrui. Mais nous n’avons pas gagné les libertés dont nous jouissons. Elles nous ont été transmises par des générations successives qui les ont arrachées des mains de monarques et de tyrans, qui ont fait campagne, se sont battus et sont morts pour que nous puissions jouir des libertés que nous possédons aujourd’hui pour vivre la vie que nous choisissons. Pourtant, aujourd’hui, nous sommes sur le point de nous faire voler ces libertés inestimables et chèrement acquises, alors que nous regardons ailleurs et y renonçons sans résistance ni débat, parce qu’on nous dit que nous n’avons pas d’autre choix que d’accepter des passeports vaccinaux si nous voulons retrouver un semblant de nos anciennes vies. À première vue, accepter les passeports vaccinaux dans notre vie quotidienne peut sembler un changement anodin. Après tout, beaucoup d’entre nous ont déjà pris l’habitude de scanner les QR codes pour entrer dans les restaurants et les magasins. Mais ne vous y trompez pas. L’adoption universelle des passeports vaccinaux n’est pas un changement anodin. Il s’agit ni plus ni moins d’une inversion fondamentale de ce que l’on entend par liberté dans les sociétés démocratiques, et cela facilitera une restructuration radicale de notre civilisation. Votre liberté personnelle ne sera plus expansive, limitée uniquement à la périphérie par des lois établies de longue date et acceptées par tous. Au lieu de cela, ce qui restera de votre liberté sera limité aux choses que vous aurez été explicitement autorisé à faire par un pouvoir algorithmique invisible, par le biais de l’écran de votre smartphone. Une coche verte à la fois. Permettez-moi de le répéter, car il est essentiel de le comprendre.

Aujourd’hui, nous sommes essentiellement libres de faire ce que nous voulons, sauf lorsque nos actions sont interdites par la loi. Cependant, après l’introduction des passeports vaccinaux, cette notion de liberté sera reléguée aux oubliettes de l’histoire, remplacée par un système totalement nouveau dans lequel vous ne serez autorisé à faire que les choses que vous aurez explicitement été autorisées à faire. C’est ce que j’entends par une inversion fondamentale de la liberté. Presque du jour au lendemain, nos libertés consacrées et protégées deviendront de simples privilèges qui nous seront temporairement accordés en échange de notre conformité et de notre bon comportement. Puis-je aller dans ce restaurant, ce concert, cet événement sportif ? Puis-je monter dans ce bus, cet avion ou ce taxi ? Puis-je entrer dans ce magasin, ce cabinet médical, ou même sur mon lieu de travail ? La participation à des activités quotidiennes aussi banales dépendra des autorisations qui nous seront accordées via nos smartphones. Des autorisations qui seront elles-mêmes susceptibles de changer d’un jour à l’autre. Et ne pensez pas une seconde que parce que vous êtes maintenant doublement vacciné, cela ne s’appliquera pas à vous.

L’Australie, un pays de moins de 26 millions d’habitants, a récemment signé des contrats pour obtenir 195 000 000 de doses de vaccin supplémentaires en plus des millions de doses déjà achetées. Cela correspond à une injection de rappel tous les six mois pendant les quatre prochaines années. Ainsi, dans quelques années, si vous avez deux jours de retard dans votre injection de rappel pour l dernier variant du Covid, vous pourrez oublier ce dîner entre amis dans votre restaurant préféré. Ces privilèges auront été automatiquement révoqués … et cela ne s’arrêtera pas là. Les passeports vaccinaux ne sont qu’un cheval de Troie derrière la façade fonctionnelle apparemment bénigne d’un système d’identification numérique par laser construit sur une plate-forme logicielle conçue pour être étendue au fil du temps. Aujourd’hui, vous n’obtiendrez qu’une simple coche verte ou une croix rouge binaire indiquant votre inclusion ou votre exclusion autorisée de la société quotidienne. Mais demain, vous serez noté sur chaque aspect de votre vie, des points seront ajoutés pour les comportements jugés favorables au gouvernement et aux grandes entreprises, des points seront soustraits pour tout ce qui est jugé divergent des normes requises. Alors, combien de fois avez-vous enfreint par inadvertance la règle de la distance sociale des 1,5 mètres aujourd’hui ? Qu’en est-il de ce message légèrement critique sur les médias sociaux à propos d’une politique gouvernementale ? Ou encore cette vidéo que vous avez partagée avec un ami et qui soulève des questions légitimes sur le narratif actuel approuvé ? Regardez votre score de crédit social dégringoler et, au fur et à mesure, votre accès à un service essentiel à la vie quotidienne vous sera retiré, privilège par privilège. Cela semble extrême, mais le système de crédit social est déjà une réalité en Chine, où les gens ne peuvent même pas monter dans un train si leur score est inférieur à un certain seuil. Ne vous y trompez pas. C’est pour bientôt… pour le monde entier et c’est caché dans le cheval de Troie des passeports vaccinaux. Bien qu’un tel monde puisse nous sembler invraisemblable. Si nous nous arrêtons et réfléchissons un instant, il devient clair que COVID-19 nous a déjà donné un avant-goût d’un monde où ce qui est permis et, avec cela, les limites de notre liberté changent au jour le jour. La désensibilisation a déjà commencé.

Bien que cette vision de notre avenir imminent soit assez choquante, le véritable pouvoir dystopique d’un tel projet n’apparaît que si l’on replace la plateforme d’identification numérique du passeport vaccinal dans le contexte du monde de haute technologie et de haute surveillance dans lequel nous vivons déjà. Ce n’est un secret pour personne que les géants mondiaux de la technologie surveillent et enregistrent toutes nos actions en ligne, chaque message aimé, chaque article partagé, chaque publicité cliquée et chaque vidéo regardée étant utilisés pour établir des profils détaillés sur nous. Ces profils psychographiques générés par le Big Data ne sont pas seulement utilisés pour déterminer les produits que nous souhaitons acheter, mais aussi, ce qui est plus effrayant, pour déduire nos préférences politiques, nos opinions, nos attitudes et nos croyances, et même nos pulsions et nos peurs les plus intimes. On peut vraiment affirmer qu’armés de big data, d’algorithmes d’IA et d’une puissance de calcul quasi infinie, Google, Facebook et Amazon peuvent vraiment nous connaître mieux que nous nous connaissons nous-mêmes. De plus, après les révélations d’Edward Snowden sur les programmes de surveillance illégaux et omniprésents de la NSA aux États-Unis, travaillant main dans la main comme ils le faisaient avec leurs partenaires Five Eyes au Royaume-Uni, au Canada, en Australie et en Nouvelle-Zélande. Les personnes récemment informées savent que les gouvernements collectent et stockent de vastes quantités de données sur leurs citoyens, y compris la quasi-totalité des appels téléphoniques, des SMS et des e-mails. Aujourd’hui, chaque aspect de notre vie est surveillé, examiné et profilé dans le cadre de l’appareil de sécurité nationale de l’État ou de l’appareil à but lucratif des grandes entreprises. Jusqu’à présent, le marché faustien que nous avons conclu avec les grandes entreprises technologiques semble se résumer à un léger coup de pouce, ici et là, d’une publicité en ligne ou d’une recommandation étrangement précise d’Amazon pour acheter quelque chose que nous ne savions même pas que nous voulions. Cependant, tout cela va changer et changer pour toujours si nous permettons aux passeports vaccinaux de se déployer.

Pourquoi ? Parce que le passeport vaccinal et le système de crédit social dans lequel il va rapidement évoluer constituent la dernière pièce manquante d’une architecture automatisée de surveillance et de contrôle social total. George Orwell nous a familiarisés avec les aspects de surveillance et de contrôle de la surveillance, et nous savons tous intuitivement que le fait d’être surveillé nous pousse à nous conformer à certaines règles et normes, pensez aux radars sur les routes et aux caméras de vidéosurveillance dans les magasins et les centres-villes. Mais il existe un autre aspect de la surveillance dont peu d’entre nous ont fait l’expérience, à part l’amende occasionnelle pour excès de vitesse, et c’est l’aspect disciplinaire de la surveillance, la punition pour non-conformité ce qui est le but ultime de l’architecture de surveillance. Jusqu’à présent, cette pièce du puzzle était absente. Mais avec l’avènement des passeports vaccinaux, le mécanisme permettant de discipliner automatiquement ceux qui ne se soumettent pas aux normes prescrites et aux règles imposées sera dans la poche de chacun à chaque instant. Il existe un terme utilisé dans les discussions universitaires sur la surveillance, le totalitarisme clé en main. C’est l’idée que l’infrastructure de surveillance d’un système totalitaire a été construite autour de nous, mais qu’elle n’a pas encore été mise en marche. La machine est prête, mais la clé n’a pas encore été tournée. Les passeports vaccinaux sont la dernière partie de cette infrastructure, le dernier rouage de la machine. Ils sont l’extrémité disciplinaire du système totalitaire de surveillance et de contrôle. Une fois que nous aurons permis à cette dernière partie critique de l’infrastructure d’être mise en place, une fois que nous l’aurons acceptée, elle deviendra un élément normal de la vie quotidienne. La clé sera tournée, le Rubicon sera franchi et il n’y aura pas de retour en arrière. Il n’y aura pas d’espace pour la dissidence, pas de possibilité de débat, pas de place pour la déviance par rapport aux normes prescrites et aux comportements imposés. Et comme l’espace crucial pour le débat, la différence et la non-conformité disparaît. Il en va de même pour la possibilité pour les êtres humains ordinaires de diriger collectivement la direction que nous voulons donner à nos sociétés. La machine sera en marche, elle surveillera éternellement et automatiquement, elle établira des profils et des scores, elle guidera nos comportements et, si nécessaire, elle punira. Nous serons à jamais à la merci de nos maîtres, de ceux qui détiennent la clé de la machine, de ceux qui comptent les points et de ceux qui fixent les règles, de ceux qui décident si nous méritons une coche verte ou une croix rouge, de ceux qui décident si nous pouvons être inclus dans la société ou repoussés aux marges précaires de l’existence. Si nous permettons que cela se produise, ce sera, comme l’a dit Aldeous Huxley, la révolution finale. Il n’y aura pas de retour en arrière possible.

La liberté telle que nous l’avons connue toute notre vie et pendant les générations qui nous ont précédés s’éteindra à jamais pour tous, sauf pour les quelques privilégiés au sommet de la pyramide. Avec le temps, peut-être dans une génération ou deux, nous serons tellement conditionnés par le regard continu de la surveillance et les récompenses et punitions qu’il en ressortira automatiquement que nous nous contenterons de nous faire plaisir, auto-surveillés, auto-censurés et soumis. La liberté dont nous jouissons aujourd’hui, voire l’idée même de liberté telle que nous la concevons aujourd’hui, deviendra quasiment impensable pour nos enfants et toutes les générations suivantes. On dit que le totalitarisme est d’abord et avant tout la focalisation extrême de la surveillance consacrée à l’obtention de fins politiques. Sous le couvert de COVID-19, sans débat, discussion ou consentement éclairé, nous sommes sur le point de laisser s’installer un nouveau monde totalitaire de surveillance, de contrôle et de conformité totale, accueilli par beaucoup au nom de leur participation à la lutte contre le virus. Il est tentant de penser que ceux d’entre nous qui vivent aujourd’hui dans notre monde de haute technologie et saturé de médias sont bien trop informés et bien trop intelligents pour se faire jouer un tel tour. Oui, des gens ont pu tomber sous le charme du fascisme et du totalitarisme dans le passé, mais nous sommes tout simplement beaucoup trop sophistiqués pour tomber dans un tel piège. Mais est-ce vraiment vrai ? En êtes-vous sûr ? Regardez autour de vous. Regardez la censure. Regardez comme il y a peu d’écart par rapport au narratif approuvé dans les médias grand public. Regardez comment la peur est utilisée pour nous encercler et nous contrôler. Regardez comment nous nous divisons autour des idées sur les masques, les vaccins, les confinements. Regardez la mentalité de groupe interne et de groupe externe qui commence à se former. Regardez tout le chemin que nous avons parcouru en moins de deux petites années. Quand les oeillères sont enlevées de vos yeux, la propagande et le contrôle deviennent trop clairs, la destinée est mise à nu pour ceux qui sont prêts à voir. Étant donné la gravité de ce que je suggère, je vous demande maintenant de vous arrêter un moment et de considérer ceci. Pendant des siècles, peut-être des millénaires, le flambeau de la liberté a été transmis de génération en génération, souvent payé avec du sang, les flammes de ce flambeau passées de mains en mains partout où il est passé. Ceux d’entre nous qui sont en vie aujourd’hui et qui ont la chance de vivre dans des sociétés démocratiques détiennent maintenant ce flambeau.

Imaginez maintenant que vous regardez dans les yeux de vos parents, de vos grands-parents et de toutes les générations qui les ont précédés, en remontant le temps. Regardez tous ceux qui ont donné leur vie pour que nous puissions vivre libres, qui se sont battus, qui ont fait campagne, qui ont protesté, qui ont affronté des despotes afin que la liberté individuelle puisse être garantie pour eux et pour leurs descendants ? Êtes-vous prêt à les regarder dans les yeux et à leur dire que vous avez laissé le flambeau s’éteindre à jamais à cause d’un virus, que vous avez laissé la flamme mourir parce que vous étiez trop craintif, trop apathique, trop confiant ou trop facilement manipulé pour tenir bon, pour garder la flamme vivante. Maintenant, imaginez que vous regardez vers l’avenir et pensez à tous vos descendants, vos enfants et vos petits-enfants, qu’ils soient vivants ou à venir, et à toutes les générations qui nous suivront, regardez-les dans les yeux et dites-leur que le don de la liberté nous a été transmis, mais que nous avons permis qu’il nous soit enlevé, et donc qu’il leur soit enlevé, parce que nous n’avons pas vu le tour de passe-passe qui était joué, ou si nous l’avons vu, nous n’avons rien fait pour l’arrêter. Sentez-vous le poids de la responsabilité qui repose sur vos épaules maintenant ? Pourrez-vous vivre avec la honte de savoir que vous êtes l’un de ceux qui sont restés inactifs, enfermés, lâches dans leur maison alors que le précieux cadeau de la liberté par le biais de la manipulation et de la mauvaise orientation a été volé à vous et à toutes les générations futures à venir ? Peu importe notre position sur l’échiquier politique, notre opinion sur les masques, les vaccins et les confinements, que nous soyons riches ou pauvres, ou même si nous sommes dans la police ou l’armée, nous pouvons être en désaccord sur de nombreux points, mais nous pouvons certainement tous convenir que la liberté dont nous jouissons aujourd’hui est le plus précieux des cadeaux qui nous ont été transmis et qu’elle doit être chérie, entretenue et défendue à tout prix pour les générations à venir. Il devrait être clair maintenant que le passeport-vaccin, le passeport COVID, le passeport vert, ou tout autre nom qu’ils choisissent de lui donner, n’a absolument rien à voir avec votre santé. Et malgré la façon dont on nous le vend, son déploiement mondial n’est pas le moyen de retrouver nos anciennes vies. En fait, c’est l’inverse qui est vrai. Les passeports vaccinaux sont une passerelle parfaitement conçue pour créer un tout nouveau type de société contrôlée et surveillée, comme nous n’en avons jamais vu auparavant. C’est pourquoi, en aucune circonstance, quelle que soit la pression exercée sur nous, nous ne devons permettre l’introduction des passeports vaccinaux ? Ne vous y trompez pas. Nous nous trouvons à un moment charnière de l’histoire, comme les Spartiates à la bataille du Monopoly ou les jeunes hommes et garçons sur les plages de Normandie. L’ampleur réelle de ce qui est en jeu ne peut être exagérée. Mais ce n’est pas un message de peur et de division. C’est un message d’espoir et un message d’unité. Je partage ce message comme une façon de tirer la sonnette d’alarme et d’attirer l’attention sur le danger imminent auquel nous sommes tous confrontés. Nous sommes nés libres, des êtres souverains sur cette belle Terre. Nous sommes tous frères et sœurs. Nous sommes une seule famille humaine, sans distinction de couleur, de croyance ou de nationalité. Aucune arme n’a besoin d’être forgée. Aucun rempart à prendre d’assaut, aucun bâtiment à soulever. Nous avons simplement besoin de nous lever, de nous unir et de dire “Assez, c’est assez”. Nous avons vu clair dans les ruses. Nous voyons clairement le plan maintenant et nous ne laisserons pas notre liberté nous être enlevée. Les paroles de la liberté ne s’éteindront pas. Ni maintenant, ni jamais. Et certainement pas sous notre surveillance. Le moment est venu de la défendre pour toutes les générations futures, d’attiser ses flammes et de la transmettre intacte et revigorée aux générations qui nous suivent. À nos descendants, nous devons dire à l’unisson : nous ne vous laisserons pas tomber. Si ce message résonne en vous, je vous demande de le partager. Partagez-le avec votre famille et vos amis car c’est maintenant qu’il faut agir.

Articles similaires

Bouton retour en haut de la page