• Les enfants de Dieu ne sont pas à vendre !
  • Déterminons une nouvelle organisation mondiale
  • Ne suivez pas naïvement des règles néfastes
  • Sound of Freedom !
  • Une zone de confort persistante entraine une dépendance
  • Ils ne sont pas ce que l’on peux imaginer, ils sont bien pires…
  • Vous êtes reprogrammés malgré vous
  • Je ne prépare pas un changement, “Je suis le changement…”
  • Développez votre courage, soyez vous-même et ayez confiance en vous
  • Sortez de la paraisse intellectuelle
  • Contester est inefficace, résister est insuffisant, s’insurger est illusoire
  • Pour ceux qui ont encore des doutes : débarrassez-vous de vos téléviseurs !
  • Chacun est maître de son libre arbitre
  • Obéir c’est collaborer, tolérer c’est accepter, endurer c’est consentir
  • Orientez votre futur dans ce présent car cette ligne de temps n’est pas figée

Les articles du vivant

Page de publications aléatoires variées et profitables à notre savoir



Terre Plane – Eric Dubay


“Êtes-vous prêt à remettre en question ce que vous pensiez savoir sur notre planète ? ‘Flat Earth FAQ’ d’Eric Dubay vous offre des réponses convaincantes.”

“Vous pensez que la Terre est une sphère ? Détrompez-vous avec ‘Flat Earth FAQ’ le livre qui remet en question tout ce que vous pensiez savoir.”

“Préparez-vous pour une lecture captivante et éclairante avec ‘Flat Earth FAQ’ d’Eric Dubay. Réservez votre copie dès maintenant !”

Site internet d’Eric Dubay
https://ericdubay.wordpress.com

Lien vers le site : ugetube.com/@LUGNasad…

#FLATEARTHFAQ / FAQ Terre Plane – Eric Dubay vidéobook ⯈ Partie 1

#FLATEARTHFAQ / FAQ Terre Plane – Eric Dubay vidéobook ⯈ Partie 2

#FLATEARTHFAQ / FAQ Terre Plane – Eric Dubay vidéobook ⯈ Partie 3

#FLATEARTHFAQ / FAQ Terre Plane – Eric Dubay vidéobook ⯈ Partie 4


Notre Lune est-elle artificielle ?


« La Lune est trop grosse pour avoir été capturée par la Terre. Les chances d’une telle capture, qui a propulsé la Lune sur une orbite presque circulaire autour de la Terre, sont trop infimes pour qu’un tel événement soit crédible. »

Il n’y a aucune raison astronomique qui explique pourquoi la Lune et le Soleil vont si bien ensemble. Ce sont de pures coïncidences, et la Terre est la seule planète à avoir bénéficié d’une telle bénédiction parmi ses sœurs célestes, à tous les niveaux.

« Il est très important de se rappeler que quelque chose a dû mettre la Lune sur son orbite actuelle circulaire autour de la Terre. Il est très peu probable que tout objet spatial puisse s’accaparer de toutes les bonnes combinaisons de facteurs nécessaires pour placer un tel objet sur son orbite. Quelque chose a dû décider de l’altitude, du cap et de la vitesse de la Lune.

Lien vers le site : astrounivers.com

LIRE PLUS...

La théorie de la Lune en tant que vaisseau spatial : Est-elle un satellite extraterrestre artificiel ?
➞ Lien vers l’article : astrounivers.com/…
Au fil des ans, il a été scientifiquement observé que la Lune présente des caractéristiques étranges.
La Lune est le cinquième plus grand satellite naturel du système solaire. On pense qu’elle a été créée par un impact géant entre la jeune Terre et un corps de la taille de Mars.
Après examen, il a été constaté que la Lune se trouve apparemment sur une orbite inadaptée à sa taille, d’après sa densité actuelle supposée. Les données astronomiques indiquent que les régions internes de la Lune sont moins denses que les régions externes, ce qui donne lieu à l’inévitable spéculation selon laquelle elle pourrait être creuse.
Certaines de ces affirmations proviennent du fait que lorsque des météores frappent la Lune, celle-ci sonne comme une cloche. Plus précisément, lorsque l’équipage d’Apollo, le 20 novembre 1969, a libéré le module lunaire, après être retourné sur l’orbiteur, l’impact du module sur la Lune a fait que leur équipement sismique a enregistré une réverbération continue comme une cloche pendant plus d’une heure.
En juillet 1970, des membres de l’Académie des sciences soviétique de l’époque, Michael Vasin et Alexander Shcherbakov, ont proposé la théorie du vaisseau spatial « Lune ».
Cette théorie pseudo-scientifique prétend que la Lune pourrait en fait être un vaisseau spatial extraterrestre. La thèse de Vasin et Shcherbakov est que la Lune est un planétoïde évidé créé par des êtres inconnus disposant d’une technologie bien supérieure à celle de la Terre.
D’énormes machines auraient été utilisées pour faire fondre la roche et former de grandes cavités à l’intérieur de la Lune. La Lune serait donc constituée d’une coque interne et d’une coque externe faite de scories rocheuses métalliques.
Le « vaisseau spatial Lune » a ensuite été placé en orbite autour de la Terre. Les partisans de cette théorie soulignent la multiplication des rapports et des photos d’ovnis prises par la NASA lors de ses missions sur la Lune.
La surface de la Lune est couverte de dizaines de milliers de cratères de tailles diverses, mais tous les cratères ont la même profondeur. Cela suggère aux scientifiques qu’il pourrait y avoir une sorte de barrière métallique sous la surface qui la protège des dégâts.
On a découvert que les astéroïdes et les météores ne créent pas seulement des cratères peu profonds à la surface de la Lune, mais qu’ils produisent un fond de cratère convexe et non concave comme prévu, ce qui soutient l’idée d’une coquille rigide.
La Lune est beaucoup plus vieille que prévu, peut-être même plus vieille que la Terre ou le Soleil. L’âge le plus ancien de la Terre est estimé à 4,6 milliards d’années, tandis que les roches lunaires ont été datées à 5,3 milliards d’années.
La composition chimique de la poussière sur laquelle reposent les roches est remarquablement différente de celle des roches elles-mêmes. Cela indique que la surface lunaire a pu être déplacée d’un autre endroit et placée sur la Lune.
Certains des cratères de la Lune sont d’origine interne, mais rien n’indique que la Lune ait jamais été assez chaude pour produire des éruptions volcaniques. Des centaines de tremblements de terre lunaires sont enregistrés chaque année et ne peuvent être attribués à des chutes de météorites. Certains de ces tremblements semblent suivre un calendrier précis.
La croûte lunaire est beaucoup plus dure qu’on ne le pensait à l’origine. Lorsque la NASA a été enregistrée en train de forer quelques centimètres dans la surface de la Lune, il est apparu que des copeaux de métal étaient visibles.
La Lune est le seul satellite naturel du système solaire dont l’orbite circulaire est stationnaire et presque parfaite. Comment expliquer la coïncidence qui fait que la Lune se trouve à la bonne distance, couplée au bon diamètre, pour couvrir complètement le Soleil lors d’une éclipse ?
Les astronomes professionnels ont été progressivement découragés d’étudier un phénomène qui a été signalé sur la Lune depuis 1 000 ans. Il s’agit de changements éphémères de lumière, de couleur ou autres dans l’apparence de la surface lunaire, appelés phénomènes lunaires transitoires.
La lune est également connue pour contenir une combinaison unique de métaux. Selon l’Ancien Code, elle comprend des traces de métaux qui ne sont pas présents naturellement, comme le laiton. La quantité de titane trouvée sur la lune est également 10 fois supérieure à celle trouvée sur Terre. Les scientifiques qualifient ce ratio d’ »époustouflant ».
Les mystères de la Lune et de l’univers sont loin d’être résolus et les possibilités de ce qui se trouve au-delà de notre atmosphère terrestre ne seront peut-être pas découvertes de notre vivant.
Les faits et les théories qui définissent l’univers sont malléables à chaque nouvelle pensée, avancée technologique et découverte scientifique. Il s’agit simplement de savoir ce qui va suivre.

Scientifiques russes dans les années 70 : « La Lune est-elle l’œuvre d’une intelligence extraterrestre ? »
➞ Lien vers l’article : astrounivers.com/…
Article publié dans l’éminent journal soviétique « SPUTNIK » par les scientifiques russes Mikhail Vasin et Alexander Shcherbakov, dans les années 1970.
Il y a longtemps que l’on s’est demandé si les « canaux » sur Mars étaient la création d’ingénieurs cosmiques, mais pour une raison étrange, on n’a pas eu l’idée de regarder avec les mêmes yeux les particularités du paysage lunaire, beaucoup plus proche.
Et tous les arguments sur les possibilités d’existence de vie intelligente sur d’autres corps célestes se sont limités à l’idée que d’autres civilisations doivent nécessairement se trouver à la surface d’une planète, et que l’intérieur en tant qu’habitat est hors de question.
Abandonnant les voies traditionnelles du « bon sens », nous avons plongé dans ce qui peut sembler à première vue une fantaisie débridée et irresponsable.
Mais plus nous examinons minutieusement toutes les informations recueillies par l’homme sur la Lune, plus nous sommes convaincus que pas un seul fait ne vient infirmer notre supposition.
Non seulement cela, mais de nombreuses choses considérées jusqu’à présent comme des énigmes lunaires sont explicables à la lumière de cette nouvelle hypothèse.

UN SPUTNIK ARTIFICIEL DE LA TERRE ?
L’origine de la Lune est l’un des problèmes les plus compliqués de la cosmogonie. Jusqu’à présent, trois hypothèses ont été essentiellement discutées.
HYPOTHÈSE I : La Lune faisait autrefois partie de la Terre et s’en est détachée. Cette hypothèse a été réfutée par les preuves.
HYPOTHÈSE II : La Lune s’est formée indépendamment du même nuage de poussière et de gaz que la Terre, et est immédiatement devenue le satellite naturel de la Terre.
Mais alors pourquoi y a-t-il une si grande différence entre la gravité spécifique de la Lune (3,33 grammes par centimètre cube) et celle de la Terre (5,5 gr.) ?
De plus, selon les dernières informations (analyse des échantillons ramenés par les astronautes américains d’Apollo), la roche lunaire n’a pas la même composition que celle de la Terre.
HYPOTHÈSE III : La Lune s’est formée séparément, et, de plus, loin de la Terre (peut-être même en dehors du système solaire).
Ainsi, la Lune n’aurait pas eu à être façonnée dans la même « argile » que notre propre planète. Naviguant dans l’Univers, la Lune est arrivée à proximité de la Terre et, par un jeu complexe de forces de gravité, a été amenée sur une orbite géocentrique, très proche de la circulaire. Mais une telle capture est virtuellement impossible.
En fait, les scientifiques qui étudient l’origine de l’Univers n’ont aujourd’hui aucune théorie acceptable pour expliquer comment le système Terre-Lune a vu le jour.
NOTRE HYPOTHÈSE : La Lune est un satellite artificiel mis en orbite autour de la Terre par des êtres intelligents inconnus de nous.
Nous refusons de nous engager dans des spéculations sur l’identité de ceux qui ont mis en scène cette expérience unique, dont seule une civilisation hautement développée était capable.

UNE ARCHE DE NOÉ ?
Si l’on veut lancer un sputnik artificiel, il est conseillé de le rendre creux.
En même temps, il serait naïf d’imaginer que quiconque est capable d’un projet spatial aussi gigantesque se contenterait d’une sorte de coffre vide géant lancé sur une trajectoire proche de la Terre.
Il est plus probable que nous ayons affaire à un très ancien vaisseau spatial, dont l’intérieur était rempli de carburant pour les moteurs, de matériaux et d’appareils pour les réparations, la navigation, les instruments, les équipements d’observation et toutes sortes de machines…
En d’autres termes, tout ce qui est nécessaire pour que cette « caravelle de l’Univers » puisse servir de sorte d’Arche de Noé de l’intelligence, peut-être même de foyer à toute une civilisation envisageant une existence prolongée (des milliers de millions d’années) et de longues pérégrinations dans l’espace (des milliers de millions de kilomètres).
Naturellement, la coque d’un tel vaisseau spatial doit être super résistante afin de supporter les coups des météorites et les fortes fluctuations entre chaleur extrême et froid extrême.
Il est probable que la coque soit une affaire à double couche : la base est un blindage dense d’une épaisseur d’environ 35 km, et à l’extérieur, une sorte de revêtement plus lâche (une couche plus fine – d’environ 5 km en moyenne).
Dans certaines zones – où se trouvent les « mers » et les « cratères » lunaires, la couche supérieure est assez mince, voire inexistante dans certains cas.
Étant donné que le diamètre de la Lune est de 3 500 km, il s’agit, vu de notre point de vue, d’une sphère à paroi mince.
Et, naturellement, pas une sphère vide. Il pourrait y avoir toutes sortes de matériaux et d’équipements sur sa surface interne.
Mais la plus grande proportion de la masse lunaire est concentrée dans la partie centrale de la sphère, dans son noyau, qui a un diamètre de 3 500 km.
Ainsi, la distance entre le noyau et la coquille de cette noix est de l’ordre de 50 km. Cet espace était sans doute rempli de gaz nécessaires à la respiration et à des fins technologiques ou autres.
Avec une telle structure interne, la Lune pourrait avoir une gravité spécifique moyenne de 3,3 grammes par centimètre cube, ce qui diffère considérablement de celle de la Terre (5,5 grammes par centimètre cube).

UN CUIRASSÉ QU’ON NE POUVAIT PAS TORPILLER ?
Les formations les plus nombreuses et les plus intéressantes de la surface lunaire sont les cratères.
Leur diamètre varie considérablement. Certains font moins d’un mètre de diamètre, tandis que d’autres dépassent les 193 km (le plus grand a un diamètre de 238 km). Comment se fait-il que la Lune soit aussi marquée de cratères ?
Il existe deux hypothèses – volcanique et météorique. La plupart des scientifiques se prononcent pour la seconde.
Kirill Stanyukovich, un physicien soviétique, a écrit toute une série d’ouvrages depuis 1937 dans lesquels il expose l’idée que les cratères sont le résultat d’un bombardement de la Lune pendant des millions d’années.
Et il parle bien de bombardement, car même le plus petit corps céleste, lorsqu’il est impliqué dans l’une de ces collisions frontales les plus rapides, si fréquentes dans le cosmos, se comporte comme une ogive chargée de dynamite, voire parfois comme une ogive atomique.
Une combustion instantanée se produit à l’impact, la transformant en un nuage dense de gaz incandescent, en plasma, et il y a une explosion très nette.
Selon le professeur Stanyukovich, un « missile » de taille importante (disons 9,5 km de diamètre) doit, lors de la collision avec la Lune, pénétrer à une profondeur égale à 4 ou 5 fois son propre diamètre (40-50 km).
Ce qui est surprenant, c’est que, quelle que soit la taille des météorites qui sont tombées sur la Lune (certaines ont un diamètre de plus de 96 km), et quelle que soit la vitesse à laquelle elles ont dû se déplacer (dans certains cas, la vitesse combinée atteignait 60 km par seconde), les cratères qu’elles ont laissés derrière elles sont, pour une raison étrange, tous à peu près de la même profondeur, 2-4 km, bien que leur diamètre varie énormément.
Prenez ce cratère de 238 km de diamètre. En superficie, il surpasse Hiroshima des centaines de fois.
Quelle puissante explosion cela a dû être pour faire jaillir des millions de tonnes de roche lunaire sur des dizaines de kilomètres !
À première vue, on s’attendrait à trouver ici un cratère très profond, mais il n’en est rien : il y a tout au plus cinq kilomètres entre le niveau supérieur et le niveau inférieur, dont un tiers est dû au mur de roche érigé autour du cratère comme une couronne dentée.
Pour un trou aussi grand, il est trop peu profond. De plus, le fond du cratère est convexe, suivant la courbe de la surface lunaire.
Si vous vous teniez au milieu du cratère, vous ne seriez même pas capable de voir le bord du cratère – il serait au-delà de l’horizon. Un creux qui ressemble plus à une colline est une affaire plutôt étrange, peut-être.
Pas vraiment, si l’on suppose que lorsque la météorite frappe la couche externe de la lune, celle-ci joue le rôle de tampon et le corps étranger se retrouve face à une barrière sphérique impénétrable.
L’explosion, qui n’a que légèrement entamé la couche de blindage de 30 km, a projeté des fragments de son « revêtement » au loin.
En gardant à l’esprit que le revêtement de défense de la Lune a, selon nos calculs, une épaisseur de 4 km, on voit que c’est approximativement la profondeur maximale des cratères.

UN VAISSEAU SPATIAL EN DÉTRESSE ?
Considérons maintenant les particularités chimiques de la roche lunaire.
Après analyse, les scientifiques américains y ont trouvé du chrome, du titane et du zirconium. Ce sont tous des métaux aux propriétés réfractaires, mécaniquement solides et anticorrosives.
Une combinaison de tous ces métaux aurait une résistance enviable à la chaleur et la capacité de résister aux moyens d’agression, et pourrait être utilisée sur Terre pour le revêtement des fours électriques.
S’il fallait concevoir un matériau pour protéger un satellite artificiel géant des effets défavorables de la température, des radiations cosmiques et des bombardements de météorites, les experts auraient probablement choisi ces métaux.
Dans ce cas, on ne comprend pas pourquoi la roche lunaire est un si mauvais conducteur de chaleur – un facteur qui a tant étonné les astronautes ? N’était-ce pas ce que recherchaient les concepteurs du super-sputnik de la Terre ?
Du point de vue des ingénieurs, ce vaisseau spatial des temps passés que nous appelons la Lune est superbement construit. Il y a peut-être une bonne raison à son extrême longévité. Il est même possible qu’il soit antérieur à notre propre planète.
En tout cas, certains morceaux de roche lunaire se sont révélés plus anciens que les plus vieux de la Terre, même s’il est vrai que cela s’applique à l’âge des matériaux et non de la structure pour laquelle ils ont été utilisés.
Et à en croire le nombre de cratères qui parsèment sa surface, la Lune elle-même n’est pas une poule mouillée.
Il est bien sûr difficile de dire quand elle a commencé à briller dans le ciel au-dessus de la Terre, mais sur la base de quelques estimations préliminaires, on peut se risquer à penser que c’était il y a environ deux milliards d’années.
Nous n’imaginons pas, bien sûr, que la Lune soit encore habitée, et il est probable que nombre de ses dispositifs automatiques ont cessé de fonctionner. Les stabilisateurs ont cessé de fonctionner et les pôles se sont déplacés.
Même si la lune garde cette même face tournée vers nous, elle est depuis quelque temps instable sur son propre axe, nous montrant parfois des parties de son revers qui étaient autrefois invisibles pour les observateurs sur la Terre – par exemple, les Sélénites eux-mêmes s’ils faisaient des expéditions ici.
Le temps a fait des ravages. Le corps et le gréement se sont plus ou moins désintégrés ; certaines soudures de la coque intérieure ont manifestement divergé.
Nous supposons que les longues chaînes de petits cratères (jusqu’à 1 512 km) autrefois attribuées à l’activité volcanique ont été provoquées par des éruptions de gaz à travers les fissures apparues dans le blindage à la suite d’accidents.
Il ne fait aucun doute que l’une des caractéristiques les plus splendides du paysage lunaire – un « mur » droit de près de 500 mètres de haut et de plus de 100 km de long – s’est formé lorsque l’une des plaques de blindage a plié sous l’impact de torpilles célestes et a soulevé l’un de ses bords droits et réguliers.
La population de la Lune a probablement pris les mesures nécessaires pour remédier aux effets du bombardement par les météorites, par exemple en colmatant les fissures du bouclier extérieur recouvrant la coque intérieure.
À cette fin, une substance provenant du noyau lunaire a probablement été utilisée, une sorte de ciment étant fabriqué à partir de celle-ci. Après traitement, cette substance était acheminée par canalisation vers les sites de surface où elle était nécessaire.
Il y a peu, les astronomes ont découvert des variations dans les champs gravitationnels à proximité des grandes « mers ». Nous pensons que la raison en est la suivante : les mers asséchées de la Lune sont en fait des zones où la couche protectrice a été arrachée du revêtement de l’armure.
Pour réparer les dommages subis par ces vastes étendues, l’installation produisant la substance réparatrice aurait dû être amenée immédiatement sous le site afin qu’elle puisse inonder la zone avec son « ciment ». Les étendues plates qui en résultent ressemblent à des mers pour l’observateur terrestre.
Les stocks de matériaux et de machines nécessaires à cette opération sont sans doute encore là où ils étaient, et sont suffisamment massifs pour donner lieu à ces anomalies gravitationnelles.
Qu’est-ce que la Lune aujourd’hui ? Est-ce une nécropole colossale, une « cité des morts », où une forme de vie s’est éteinte ? Est-elle une sorte de Hollandais volant cosmique ? Un vaisseau abandonné par son équipage et contrôlé automatiquement ?
Nous ne le savons pas et nous ne tenterons pas de le deviner.

EN ATTENDANT LES PREUVES
Nous n’avons présenté dans cet article que quelques-unes des raisons – malheureusement, les preuves ne sont jusqu’à présent que circonstancielles – de notre hypothèse, qui peut sembler folle à première vue.
Une idée « folle » similaire a été avancée en 1959 par le professeur Iosif Shklovsky, un éminent scientifique, à propos des « lunes » qui gravitent autour de Mars.
Après avoir soigneusement pesé le pour et le contre, il conclut qu’elles sont toutes deux creuses et donc des satellites artificiels.
Nous pensons que les questions que nous avons soulevées à propos de notre Lune fournissent suffisamment de matière pour une réflexion sérieuse sur le sujet ; le résultat pourrait être l’illumination de nos nombreuses énigmes lunaires.
Maintenant, bien sûr, nous devons attendre des preuves directes pour soutenir notre idée. Ou la réfuter…
L’attente ne sera probablement pas longue.

Dans les années 60, des chercheurs soviétiques ont affirmé que la Lune était un objet spatial artificiel
➞ Lien vers l’article : astrounivers.com/…
Nous sommes les seuls à pouvoir voir une éclipse solaire totale. La Terre, la Lune et le Soleil sont situés à une telle distance les uns des autres que, de temps en temps, la Lune recouvre complètement le Soleil. Si la Lune était plus proche ou plus éloignée, nous n’aurions pas vu une telle beauté.
Il est difficile de se défaire de l’idée que tout ceci ressemble à une construction artificielle. Mais qui l’a créée et pourquoi ?

D’où vient cette précision ?
Les orbites de la Terre, de la Lune et du Soleil sont gracieusement construites comme par un ingénieur de l’espace. Si notre planète s’était déplacée un peu plus loin ou un peu plus près du Soleil, nous n’aurions jamais vu d’aussi beaux phénomènes célestes.
L’origine de la Lune a longtemps hanté les scientifiques. Qu’est-ce que cet étrange satellite ? Dans les années soixante du siècle dernier, les chercheurs soviétiques Mikhail Vasin et Alexander Shcherbakov ont émis l’hypothèse que la Lune est trop grande pour être un satellite planétaire – sa taille représente environ un tiers de celle de la Terre. Les satellites des autres planètes sont beaucoup plus petits que leurs hôtes.
Par ailleurs, la Lune n’est pas un objet mort. Au cours de nombreuses années d’observation, plusieurs centaines de phénomènes différents ont été enregistrés sur la Lune – éruptions, scintillement, vol d’orbes lumineuses.

Très ancienne, mais apparue récemment
L’analyse du sol exploité sur la Lune a montré qu’il semble être magnétisé, bien qu’il ne possède pas de champ magnétique propre. Et le plus intéressant s’est avéré que la Lune est plus ancienne non seulement que la Terre, mais aussi que le Soleil lui-même. Et il existe une version selon laquelle la Lune est apparue dans notre ciel il n’y a pas si longtemps.
Dans les Vedas, les anciens manuscrits, il y a un Dieu Soleil, mais la Lune n’est mentionnée nulle part. Et c’est étrange, car les gens ne peuvent pas regarder le ciel et ne pas remarquer la boule brillante. Mais nous pouvons supposer qu’elle a été fabriquée quelque part, puis livrée ici.
Il y a cinquante ans, Shcherbakov et Vasin sont arrivés à une conclusion scandaleuse : la Lune est un objet spatial artificiel, une création de l’ingénierie extraterrestre.
Les cratères lunaires ont presque la même profondeur, ce qui signifie que les météorites qui sont tombées à la surface ont heurté une sorte d’obstacle – très probablement une coque métallique. On trouve beaucoup de titane dans la surface lunaire, à partir duquel sont fabriquées les coques de sous-marins sur Terre. Cela suggère que la Lune a une coquille très dure.
Et lorsque la densité de la Lune a été déterminée, il s’est avéré qu’elle est très faible, bien moins que celle de la Terre. Là encore, on peut en conclure que la Lune est vide à l’intérieur.
Le fait que d’énormes masses de métal se cachent dans les entrailles de notre satellite a été confirmé par les expériences des missions lunaires américaines Apollo. Tout cela a permis aux scientifiques de penser que notre satellite est un vaisseau spatial abandonné ou une station de transfert de civilisations extraterrestres.
Il est également possible que la Lune soit d’origine naturelle, mais qu’elle ait été adaptée par d’autres civilisations pour leurs bases.
Selon une autre version, la Lune est un fragment de la planète Théia, qui est entrée en collision avec la jeune Terre il y a plus de cinq milliards d’années, et dont la partie tourne maintenant autour de notre maison commune. Mais que faire si l’on suppose que quelqu’un a soigneusement adapté ce morceau à ses propres fins ?
Selon les calculs des scientifiques, le Soleil attire la Lune avec une force deux fois plus grande que l’attraction de la Terre sur la Lune, et notre satellite aurait dû s’envoler vers l’étoile il y a longtemps, ou du moins modifier d’une manière ou d’une autre son orbite de mouvement. Mais la Lune ne semble pas réagir du tout à l’attraction du Soleil, et ne bouge pas. C’est un autre mystère.

Une étoile au caractère docile
L’année dernière, des scientifiques de l’Institut pour l’étude du système solaire ont analysé 370 étoiles similaires à notre Soleil. Ils ont découvert que notre étoile a tout simplement le caractère parfait. Alors que les autres étoiles explosent et se révoltent de temps à autre, projetant du plasma et brûlant leurs planètes, le Soleil ne se rappelle qu’occasionnellement à notre bon souvenir par des tempêtes solaires et ne change pratiquement pas de luminosité.
Il semble que quelqu’un ajuste sa lumière en déréglant à temps sa luminosité. Mais quelle main habile tourne sa flamme pour qu’elle brûle calmement et uniformément ? Se pourrait-il que le Soleil ait une mission importante : briller uniformément dans l’obscurité, préservant ainsi la vie sur notre planète ?
Et si la lune était un phare qui a marqué notre planète ? En lui donnant la bonne forme, la bonne taille et en l’aidant à se placer sur la bonne orbite ? Et le seul but de la lune est de protéger régulièrement la Terre de la lumière d’une étoile nommée le soleil ?

Des civilisations antiques qui n’ont jamais cité la Lune : est-elle artificielle ?
➞ Lien vers l’article : astrounivers.com/…
Deux scientifiques russes expérimentés, Mikhail Vasin et Alexander Sherbakov, de l’Académie soviétique des sciences, ont développé une théorie intéressante qui a été publiée dans les années 1960. En bref, les scientifiques affirment que la Lune n’est pas un satellite naturel, mais un énorme planétoïde creux, fabriqué par une civilisation hautement avancée et techniquement bien rodée, et placé en orbite autour de la Terre il y a plusieurs siècles.
Bien que cette théorie puisse sembler farfelue, la vérité est qu’elle explique un grand nombre des mystères de la Lune mieux que toute autre. Expliquons plus en détail l’idée des scientifiques, puis nous examinerons à nouveau les mystères de la Lune sous l’angle de cette théorie.
Selon les scientifiques, pour que la Lune puisse résister à cette déformation sans se briser, elle doit être soutenue par des caractéristiques internes inhabituelles, comme une énorme force interne.
Pour les deux scientifiques, un satellite artificiel devrait normalement être creux et la solidité de cette coque devrait être super solide pour résister aux variations de l’espace. Ils le décrivent comme suit :
« Il avait probablement une double couche à la base, une coque blindée dense d’environ 30 km d’épaisseur, et par-dessus, une coque moins compacte, une couche plus fine, d’environ 4,5 km d’épaisseur. »
Comme on le sait, la plupart des projectiles qui entrent dans l’atmosphère terrestre sont détruits par celle-ci ; ce n’est pas le cas sur la Lune. Cela explique l’abondance des cratères sur la Lune par rapport à la Terre.
Si l’on considère que la Lune a voyagé dans le cosmos à travers de nombreux systèmes, ceintures d’astéroïdes, etc., elle aura été soumise à des collisions encore plus fréquentes que notre Terre.
Qu’il s’agisse de cratères causés par l’impact de météorites ou par l’action volcanique, ce qui étonne les scientifiques est leur manque uniforme de profondeur.
La théorie soviétique opte pour les impacts comme cause et explique les faits comme suit : « Lorsque la météorite frappe l’enveloppe extérieure de la lune, celle-ci agit comme une couche absorbant les chocs et le corps étranger rencontre une barrière sphérique impénétrable. »
Ainsi, seule la couche de 30 kilomètres de plaques blindées est légèrement « cabossée » et l’explosion ne projette que des morceaux de la carcasse dans l’espace, qui, rappelons-le, serait d’une profondeur d’environ 4,5 kilomètres, ce qui correspond à la profondeur moyenne des cratères ».
Les mers ont été décrites comme de vastes océans de lave durcie. Mais la question est : d’où vient la lave ?
Un intérieur lunaire très chaud est une possibilité, mais de nombreux scientifiques soutiennent que la Lune a été un corps froid : elle est trop petite pour générer le type de chaleur nécessaire à la production de tels océans de lave en fusion.
D’autres pensent qu’il a été bombardé par d’étranges météores, astéroïdes et comètes qui ont explosé au moment de l’impact, projetant de grandes quantités de lave en fusion sur la surface, mais comment expliquer le fait que la lave semble provenir de l’intérieur du satellite ?
Vasin et Sherbakov pensent que la lave en fusion provient bien de l’intérieur de la Lune, mais pas à la suite d’une action volcanique naturelle. Quelqu’un de l’intérieur a préparé ce matériau semblable à de la lave à partir de roches et de matériaux de l’intérieur.
Cette pâte a été utilisée comme ciment pour réparer les dommages causés par les impacts de météorites, produisant d’énormes zones circulaires et sombres qui sont les mers de la Lune.
Suivant la suggestion de Vasin et Sherbakov sur l’origine des mers de la Lune, la présence de ces réplétions et les variations du champ gravitationnel peuvent être expliquées comme les restes de l’équipement technique utilisé pour la formation et le pompage de ce ciment de réparation de surface.
La concentration de leur poids sous les « mers » lunaires serait suffisante pour expliquer la force gravitationnelle supplémentaire des réplétions.
À la lumière de cette théorie russe, nous pouvons imaginer la Lune dans son voyage à travers l’univers où elle aurait pu recevoir un grand nombre d’impacts soudains sur une seule face. Cela n’explique cependant pas l’absence de « mers » sur cette face cachée.
De nombreuses études indiquent que notre Lune est largement creuse, et les scientifiques soviétiques vont plus loin en affirmant qu’elle n’est pas naturellement, mais artificiellement creuse. Vasin et Sherbakov soulignent que la faible densité des matériaux lunaires peut s’expliquer par la structure creuse de la Lune par rapport à la Terre.
En ce qui concerne la théorie de la formation de la Lune à partir du même nuage de gaz, pour autant que les scientifiques le sachent, il n’y a aucune raison pour que la matière la plus dense s’accumule sur le plus gros objet, la Terre, et que la matière la moins dense préfère s’agglutiner sur le plus petit objet.
En ce qui concerne la théorie de la capture, les scientifiques se demandent comment une lune aussi grande pourrait s’approcher de la Terre avec l’angle et la vitesse adéquats pour être piégée par la force gravitationnelle et rester en rotation autour de nous.
Plus mystérieux encore est le fait qu’une telle capture aurait dû quitter une orbite elliptique prononcée, et comme nous l’avons déjà vu, l’orbite de la Lune est presque circulaire.
La théorie des scientifiques russes nous dit que la Lune a été placée sur une telle orbite artificiellement par une civilisation hautement développée, ce qui expliquerait non pas son origine ultime, mais sa taille et son orbite particulières.
Il convient de noter que Vasin et Sherbakov ne prétendent pas que leur théorie est définitivement correcte, mais il est vrai que nous avons vu qu’elle peut expliquer bon nombre des énigmes lunaires que les scientifiques orthodoxes et dogmatiques ne peuvent aujourd’hui expliquer et qui constituent donc un frein au développement de la science.

« Des textes antiques ne mentionnent pas la Lune »
Vasin et Sherbakov concluent leur théorie par les mots suivants : « Nous pensons que les questions que nous avons soulevées en relation avec notre Lune constituent une base suffisante pour un examen sérieux de la question…..
Le résultat pourrait être la clarification de nombreux mystères lunaires. Maintenant, naturellement, nous devons attendre de trouver des preuves directes pour soutenir notre théorie. Ou l’invalider. L’attente ne sera probablement pas longue…
Je ne sais pas si de telles preuves pour ou contre cette théorie ont été produites, mais ce qui est clair, c’est que la base de cette théorie est suffisante pour être prise au sérieux. Cette théorie a été avancée il y a de nombreuses années, et ils se sont trompés sur le temps d’attente, car aujourd’hui encore, au XXIe siècle, nous attendons toujours.
Cette idée de la lune comme satellite artificiel a également été soulignée par l’astronome Vladimir Koval, qui a publié en 1981 un article dans le magazine « Jeunesse et technologie » affirmant que la lune était l’héritage d’une ancienne civilisation extraterrestre.
L’astronome Vladimir Koval a fait référence à la similitude de la Lune avec d’autres satellites de Saturne et de Jupiter et, sur la base de cette similitude, a proposé de placer l’origine de la Lune sur une orbite entre Mars et Jupiter dans laquelle, selon la règle de Titus-Bode, la planète « manquante » Phaéton devrait se trouver.
Les conditions de formation des corps célestes dans cette région étaient telles qu’ils s’étaient tous formés comme des « frères jumeaux » et Koval affirme que l’apparition de la Lune a eu des influences sur la Terre, provoquant des changements climatiques, des inondations catastrophiques, des tremblements de terre et d’étranges déplacements des pôles magnétiques et géographiques.
Un satellite est tout objet en orbite autour d’une planète, qu’il soit naturel ou artificiel. C’est-à-dire qu’un grand objet dans l’espace graviterait autour de la Terre. Officiellement, le grand mystère est de savoir comment la Lune est arrivée là où vous êtes.
Officiellement on nous dit que la Lune est un satellite naturel piégé dans notre orbite, alors qu’elle a une orbite presque parfaite ou qu’elle est née de la collision d’une planète ou comme la Terre d’un nuage de poussière et de gaz, cependant elle est plus ancienne que la Terre et a des matériaux différents de la Terre. L’énigme de la Lune survit à ce jour.

ARISTOTE FAISAIT RÉFÉRENCE À LA TERRE « QUAND IL N’Y AVAIT PAS DE LUNE
Certains disent qu’il s’agit d’un satellite artificiel, comme les canalisateurs Alex Collier et Barbara Marciniak.
L’auteur de mystères Enmanuel Velikovsky et l’archéologue Colin Rivas nous disent qu’il n’y a aucune référence à la lune dans les textes les plus anciens, et le vulgarisateur de mystères et de civilisations disparues Doc Horlock croit également qu’il s’agit d’un satellite artificiel. Dans l’une de ses histoires, il a raconté qu’un professeur d’université doté de la télépathie avait vu des hommes nus travailler dans des grottes sur la lune…
Aristote dit dans La Constitution de Tages que le peuple pélasgien a habité la Terre « avant que la Lune n’apparaisse dans les cieux ». Les textes tibétains affirment qu’il n’y avait pas de lune sur le continent disparu du Gondwana (auquel appartenait la Lémurie).
Ils ne sont pas les seuls, il y a des scientifiques qui pensent la même chose : les scientifiques russes Mikhail Vasin et Alexander Sherbakov ont publié un article dans le magazine Sputnik dans les années 1960 dans lequel ils citaient des anomalies sur la Lune qui leur permettaient de déduire qu’il s’agissait d’un satellite artificiel.
Ces scientifiques affirment qu’il s’agit d’un planétoïde creux placé par une intelligence très avancée il y a des milliers de siècles. Le Dr Fred Singer, conseiller d’Eisenhower, a soutenu que Phobos, la lune de Mars, est également un satellite artificiel.


Quelles différences entre les hydrolats et les huiles essentielles ?


Hydrolats, parfois appelés “eau aromatique”, et huiles essentielles sont indissociables. Si les premiers sont peut-être plus connus pour leurs applications cosmétiques, tandis que les secondes sont les stars de l’aromathérapie ; les deux sont issus d’un même procédé : l’hydrodistillation ou l’entrainement à la vapeur d’une plante. L’huile essentielle est le produit recherché, riche en molécules actives et odorantes, alors que l’hydrolat est beaucoup plus dilué et correspond en quelque sorte à un « résidu » d’huile essentielle resté prisonnier de l’eau. La confection d’essence à partir de plantes étant un processus long et onéreux, valoriser l’eau de distillation générée en même temps est très important économiquement, d’autant que ces eaux possèdent quelques arguments.

Lien vers les plateformes :
Site   –   X   –   Facebook   –   Instagram   –   Pinterest

Lien vers l’article : essentiel-des-huiles.com/…

LIRE PLUS...

HYDROLATS VS. HUILES ESSENTIELLES.
La plupart du temps, sans huile essentielle, point d’hydrolat. Les premières sont des extraits végétaux, obtenues par hydrodistillation ou entrainement à la vapeur. Ces deux procédés d’extraction reposent sur le même principe : la plante est chauffée en présence d’eau pour vaporiser les molécules qui sont ensuite refroidies puis récupérées à l’état liquide. La différence réside dans les conditions de départ : dans le premier cas, la plante est trempée dans une eau portée à ébullition ; tandis que dans le deuxième cas, le végétal est positionné au-dessus de l’eau et c’est la vapeur qui entraine les molécules qu’il contient. Cette deuxième méthode est plus douce et limite les réactions de dégradation de composés chimiques qui se produisent sur certains d’entre eux lors d’une hydrodistillation.

La première différence entre les deux extraits de plantes est la concentration. Une huile essentielle est extrêmement concentrée tandis que l’eau aromatique est très diluée. Quelle est la conséquence directe de ce constat ? L’essence est dépourvue d’eau et n’y est pas soluble, pendant que l’hydrolat est principalement constitué d’eau. Il en découle des efficacités et des modes d’utilisation distincts, parfois complémentaires.

DE QUOI SE COMPOSENT-ILS ?
Dans les deux cas, la vapeur d’eau est le vecteur qui transporte les molécules hors de la plante pour ensuite composer l’huile essentielle telle que nous la connaissons. Un hydrolat apparait en fin de processus, quelle que soit la méthode utilisée, puisqu’il est constitué de l’eau restante à l’issue de la séparation de l’huile essentielle non soluble. Les molécules n’étant jamais totalement insolubles dans l’eau, une fraction, aussi infime soit-elle, reste dans l’eau. On retrouve entre 0,02 et 0,2 % de molécule aromatique dans l’eau de distillation. Ce ratio est néanmoins suffisant pour donner une odeur et des propriétés aux hydrolats.

Les huiles essentielles et eaux aromatiques obtenues grâce aux deux méthodes décrites ne sont pas strictement identiques à celles contenues dans la plante et diffèrent légèrement entre elles. En effet, comme nous l’avons dit, quelques réactions prennent place lors de la production et varient selon le mode de fabrication. La composition de l’eau aromatique dépend également du procédé d’obtention de l’essence puisqu’il s’agit des molécules restées piégées dans l’eau en fin de réalisation.

Une huile essentielle contient un cocktail de molécules carbonées, actives sur l’organisme. Ces composés sont constitués de terpènes (monoterpènes, diterpènes, sesquiterpènes) tels que le limonène, des oxydes, des molécules aromatiques comme les phénols, des cétones, des aldéhydes, des alcools tels que le linalol ou encore des esters… Ces actifs ne possèdent pas tous la même affinité avec l’eau et ne seront pas représentés dans les hydrolats de la même manière. Par exemple, les alcools ont tendance à mieux se solubiliser dans l’eau. Les hydrolats en seront donc plus riches. Ainsi, on ne retrouvera pas exactement le profil de l’huile essentielle dans l’eau aromatique et les propriétés entre les deux produits pourront être proches, mais tout de même comporter des différences.

PEUT-ON REMPLACER UNE HUILE ESSENTIELLE PAR UN HYDROLAT ?
Les huiles essentielles sont connues pour leur puissance et leur capacité à soigner de nombreux maux. Cependant, elles ne sont pas utilisables par tous. En effet, de multiples essences ne s’adaptent pas aux jeunes enfants, aux femmes enceintes et allaitantes, ou aux personnes souffrant de pathologies préexistantes (asthme, épilepsie, insuffisance hépatique, cancers hormonodépendants…). Trop concentrées en molécules actives, elles risqueraient d’avoir des effets délétères sur la santé déjà fragilisée. À l’inverse, l’hydrolat peu concentré est beaucoup plus doux. Néanmoins, il est tellement dilué que l’on ne peut pas attendre la même efficacité. Aussi, nous l’avons dit, les compositions peuvent être différentes. Dans ce cas, on ne peut attendre exactement les mêmes propriétés. Pour cette raison notamment, dans une recette, il est impossible de remplacer l’un par l’autre. De plus, avec des concentrations différentes, les quantités à absorber ne se correspondent pas de quelques gouttes pour l’essence à plusieurs millilitres pour l’hydrolat.

Ce n’est pas seulement au moment de leur utilisation que les précautions doivent être suivies. C’est aussi lorsqu’on ne les emploie pas, car ces deux produits ne méritent pas le même traitement. L’huile essentielle n’inclut pas d’eau, mais des molécules antiseptiques, elle n’est donc pas propice aux développements de microorganismes. Pour leur conservation, elles ne craignent que la lumière et la chaleur ainsi que l’évaporation, car les molécules qu’elles contiennent sont volatiles (s’évaporent facilement). Si l’hydrolat se méfie également des rayonnements UV et des hautes températures, il ne risque pas particulièrement l’évaporation, si l’on maintient un flacon bien fermé. Par contre, il est sensible aux croissances microbiennes, car c’est un produit aqueux qui contient des molécules antiseptiques, mais en trop petites quantités pour être efficaces à long terme. Ainsi, leur durée de stockage est beaucoup plus courte, 6 à 8 mois maximum, de préférence au réfrigérateur, parfois beaucoup moins.

COMMENT LES UTILISE-T-ON ?
Une essence peut potentiellement s’utiliser par voie orale, cutanée, en inhalation ou diffusion, pure ou diluée. Attention cependant, cela dépend de la plante. Certaines ne doivent pas être ingérées ou inhalées, d’autres sont dermocaustiques et ne se déposent pas sur la peau, en tout cas pas pures. Dans tous les cas, haute concentration en molécules oblige, les quantités administrées sont minimes. Par exemple, elles peuvent être diluées dans des produits cosmétiques pour leur conférer des propriétés particulières. Les hydrolats s’appliquent quant à eux purs et sont particulièrement adaptés à la voie cutanée. Mais aussi à l’ingestion avec des volumes bien plus significatifs, de l’ordre de quelques dizaines de millilitres. Aussi, ils remplacent très favorablement l’eau dans des produits cosmétiques, comme les crèmes ou les lotions. L’avantage, c’est qu’huiles essentielles et hydrolats peuvent être complémentaires et introduits conjointement dans une formule.

3 RECETTES MAISON MÊLANT HYDROLATS ET HUILES ESSENTIELLES
Par contre, ces deux produits ne pourront se mélanger qu’en présence d’alcool, d’un dispersant ou d’un émulsifiant (qui permet le mélange d’huile et d’eau). Ces conditions sont régulièrement rencontrées lorsque l’on fabrique un produit cosmétique. Voici quelques recettes faciles à réaliser qui utilisent l’hydrolat de rose et son huile essentielle. Il existe de nombreuses autres recettes mettant en jeu des hydrolats de fleur d’oranger, de menthe poivrée, de sauge et bien d’autres… Les possibilités étant infinies nous avons décidé de nous concentrer sur cette plante dont on utilise un maximum de produits afin de les valoriser dans leur ensemble.

GEL NETTOYANT ET RAFRAÎCHISSANT À L’EAU ET HUILE ESSENTIELLE DE ROSE
Dans un bol, placer 50 ml d’huile végétale d’olive, 30 ml d’aloe vera, 30 ml d’hydrolat de rose, 4 gouttes d’huile essentielle de rose et mélanger à l’aide d’un robot ménager. Cette préparation est à conserver au réfrigérateur et à utiliser rapidement. Pour nettoyer le visage, deux fois par jour, appliquer en massant légèrement puis enlever à l’eau claire.

LAIT DÉMAQUILLANT FRAÎCHEUR DE ROSE
Dans un bol, mélanger 100 ml de lait de coco, 10 ml d’hydrolat de rose, 1 cuillère à café d’huile végétale de ricin ainsi que 2 gouttes d’huile essentielle de rose (ou une autre au choix, dont l’application cutanée est recommandée). Ce lait se conservera au maximum 15 jours au réfrigérateur. Vous pourrez le stocker plus longtemps en y ajoutant un conservateur tel que l’extrait de pépins de pamplemousse. À utiliser au besoin.

LOTION NETTOYANTE À LA ROSE
Dans un flacon adapté, placer 1 cuillère à café de vinaigre de pomme, 1 goutte d’huile essentielle d’encens et 1 goutte d’huile essentielle de rose. Agiter vigoureusement. Finir avec 50 ml d’hydrolat de rose avant d’agiter à nouveau. Appliquer matin et soir avec un coton.

Les hydrolats et les huiles essentielles sont étroitement liés, mais ne sont pas interchangeables et ne s’utilisent pas de la même manière. Les eaux aromatiques sont plus douces et présentent l’avantage d’être adaptées au plus grand nombre, mais avec un effet moins impressionnant. Les huiles essentielles demandent d’importantes précautions d’usage, mais peuvent avoir des résultats spectaculaires. Finalement, les deux peuvent s’harmoniser dans un gel, une crème ou une lotion cosmétique. À vous de jouer !


Les alliances galactiques extraterrestres


La Fédération Galactique est un collectif d’espèces extraterrestres bienveillantes qui se sont unies pour aider l’humanité contre les être involutifs, à mieux comprendre nos origines, à découvrir qui nous sommes, pourquoi sommes-nous ici, et cela aidera également à se déconnecter des anciens systèmes de croyance qui nous ont maintenus trop longtemps dans un état d’illusion et de rêve.

Les plateformes de Rayonnance TV
Site   –   YouTube   –   Facebook   –   Instagram

LIENS VERS LES VIDÉOS...


Les pouvoirs secrets des pyramides


La pyramide confère-t-elle des actions paranormales à l’égard de l’être humain ?

Les Pyramides sont sans aucun doute l’une des structures anciennes les plus incroyables de la surface de la planète.

Analysée depuis des années par de très nombreux scientifiques, la pyramide a démontré effectivement des propriétés spectaculaires. De très nombreuses études ont été réalisées en laboratoire ou dans différents environnements, pour tester plusieurs matériaux (pyramides en verre, en métal, en carton, en grès, etc), plusieurs types de pyramides (avec des parois ouvertes ou bien des parois pleines), plusieurs proportions ou positionnements de la pyramide. Des expériences ont montré que le cuivre est le meilleur métal pour une pyramide de méditation à cadre ouvert, en raison de ses propriétés électroniques naturelles et de bio-amélioration, mais les structures pyramidales en carton, en bois ou en bambou sont également efficaces, si elles sont construites aux mêmes dimensions proportionnelles que les Grandes Pyramides, en respectant l’alignement sur le nord magnétique.

Ces tests se comptent par milliers et seraient impossibles à lister ici en totalité, mais tous démontrent sans l’ombre d’un doute une action intense de la pyramide sur son environnement.


La médecine interdite – La guerre de Pasteur contre Béchamp


Alain Scohy nous explique en détails en quoi consistent les microzymas, ces organismes découverts par Béchamp, quel rôle ils jouent dans le corps et démontre les erreurs (volontaires ?) monumentales de la médecine pasteurienne mortifère et de ses complices, Big Pharma.

“Toutes les matières organiques naturelles (les matières qui vivaient autrefois), absolument protégées des germes atmosphériques, s’altèrent et fermentent invariablement et spontanément, parce qu’elles contiennent nécessairement et intrinsèquement en elles les agents de leur altération spontanée, de leur digestion, de leur dissolution”.

Source de la vidéo : archive.org/…
  • Les Microzymas dans leurs rapports avec l’hétérogénie, l’histogénie, la physiologie et la pathologie – Livre d’Antoine Béchamp (1816-1908) → archive.org/…
  • Microzymas et microbes : communications à l’Académie de médecine dans les discussions sur l’aigrissement et la coagulation spontanés du lait de vache,la septicémie puerpérale, la pleurésie, l’albuminurie – Livre d’Antoine Béchamp (1816-1908) → archive.org/…
  • Le travail d’Antoine Béchamp est colossal, sa théorie qui coule des faits scientifiques comme d’une source limpide et constitue un véritable changement de paradigme, devrait être connue de tous les scientifiques (Brigitte Fau). De nombreux liens sur la bibliographie de et sur Antoine Béchamp sont présents sur la page. La théorie d’Antoine Béchampbonnes-habitudes.fr/…
  • Condensé sous forme d’extraits du livre d’Antoine Béchamp (Brigitte Fau) : Les microzymas avec l’hétérogénie, l’histogénie, la physiologie et la pathologieDocument PDF

Le pain Essénien



Le pain essénien est pétri… de mystère.
Le terme “pain essénien”, ou “pain essène”, ou encore “pain germé”, provient du nom du peuple à l’origine de sa fabrication, les Esséniens. À l’époque ceux-ci réalisaient de fines galettes à base de graines de blé germé, qu’ils broyaient entre deux pierres et qu’ils séchaient ensuite sur des roches exposées au soleil afin de déshydrater les graines. Sa recette ancestrale a traversé les âges pour parvenir jusqu’à nous.

DÉCOUVRIR LA SUITE...

Plus digeste et naturel, l’ancêtre de tous les pains étonne par la simplicité de sa fabrication. Ni levain, ni levure, ni farine. Le pâton, formé uniquement de céréales germées, d’eau et de sel mixés, est mis à déshydrater à basse température, au soleil. Le principe de la cuisson à basse température et l’utilisation de graines germées sont bien les deux principes “signature” d’un pain essénien.

Bien qu’assez semblables visuellement, les pains esséniens et les pains classiques sont de deux types très différents. À commencer par leur composition. Alors que les pains classiques ont pour ingrédient de base, la farine, les pains esséniens sont fabriqués à partir de graines germées. C’est pourquoi les pains esséniens sont également appelés “pains germés”.

Par ailleurs, les pains esséniens natures ne contiennent pas d’autres ingrédients que les grains et l’eau filtrée, au contraire des pains classiques qui peuvent contenir farine, levure, graisses, sucre, édulcorants, œufs, sel et produits laitiers.

Bienfaits du pain essénien.
Cet aliment vivant, riche et complet est une belle alternative au pain blanc industriel, consommé à l’excès dans nos contrées.

Sur le plan nutritionnel, les pains germés (esséniens) sont plus riches en nutriments qu’un pain classique, plus rassasiants car les céréales sont entières, mais aussi plus digestes grâce à la germination. Le secret de ce pain essénien se trouve dans la richesse des graines germées. Ces petites graines, séchées à une température inférieure à 45°, vont restituer l’ensemble de leurs enzymes et de leurs vitamines sensibles à la chaleur, définitivement perdues lors d’une cuisson traditionnelle à température élevée.

Une fois les graines germées, une grande partie de l’amidon est déjà transformée en sucres lents et la teneur en vitamines, oligo-éléments et enzymes est démultipliée (en ce qui concerne les vitamines par exemple, pour le blé la quantité de vit. C est multipliée par 6) Ainsi, les pains germés sont de véritables compléments nutritionnels naturels offrant tous les micronutriments dont le corps à plus que jamais besoin dû à la vie antinaturelle que nous menons de nos jours (stress multiples, pollutions diverses, alimentation dénaturée…)

Les pains germés sont très riches en fibres et en protéines mais assez pauvres en calories. Ils sont quasiment exempts de graisses, de sel, de sucres raffinés. L‘index glycémique reste bas, ce qui en fait un aliment intéressant pour les diabétiques. La consommation des pains esséniens est vivement conseillée aux personnes attentives à leur alimentation (régimes) et est idéale pour les sportifs de par la présence d’hydrates de carbone complexes.

Les pains esséniens bien que contenant environ 6% de gluten sont en général bien supportés par les personnes aux intestins sensibles. Par comparaison, un pain complet à la farine de blé (panification sur levure ou levain) contient environ 10-12% de gluten.

Cette différence s’explique par le fait que la germination des céréales garde intacte la vitamine E qui équilibre le gluten. Celle-ci est détruite lorsque le grain est moulu en farine et cuit à haute température. Ainsi, si vous ne souffrez pas de la maladie cœliaque mais que vous êtes simplement sensible au gluten, les pains aux graines germées vous conviendront parfaitement.

Les variétés anciennes de blé utilisées à l’époque – épeautre ou kamut – contiennent moins de gluten. Par ailleurs quand les grains germent, leur teneur en gluten diminue à 2% et il devient beaucoup plus assimilable, y compris chez les personnes intolérantes au gluten. Il vaut mieux toutefois éviter sa consommation chez les cœliaques.

Recette du pain essénien.
Conseils et marche à suivre.

La recette originelle est simple : des graines de blé germées, de l’eau et du sel. Les graines étaient broyées entre deux pierres. Puis on y ajoutait de l’eau et du sel. Les pâtons étaient ensuite placés à sécher au soleil. Aujourd’hui nous avons adapté cette recette à notre époque.

Lire : Réaliser son pain essène maison (Chaudron Pastel).

La recette est certes simple, mais il y a 3 étapes importantes à ne pas bâcler. Là, doit se porter le plus grand soin. Mais la consolation 😉 est que l’on peut mélanger des céréales au choix, avec ou sans gluten : blé, sarrasin, seigle, orge, épeautre, avoine, riz complet…

1a)La germination.
Un exemple avec blé-seigle.
– 160g de graines de blé à germer.
– 80g de graines de seigle à germer.

Les graines germées après deux jours : elles doublent de poids, donc 480g [(160 + 80) x 2] au total.

Lire : la marche à suivre (La cuisine de Bernard).

Bon à savoir : Les inconvénients de la germination.

La germination est un processus naturel très sensible, soumise à des variations dues à la température ambiante, l’hygrométrie, la saison et la qualité des graines variant suivant les variétés, les années, les lieux de culture… C’est pourquoi, la texture des pains change inévitablement d’une production à une autre.

Précisons que l’épeautre, variété ancienne, est encore plus sujette à toutes ces variations. L’épeautre a par ailleurs une tendance habituelle à donner aux pains esséniens une texture plus dure (l’ajout d’eau durant la fabrication rendrait la conservation des pains plus problématique).

Puis, toujours selon la recette de La cuisine de Bernard.

1b) La préparation de la pâte.
– 100g de flocons d’avoine.
– 100g de dattes dénoyautées (ou de figues séchées).
– 80g d’huile de colza.
– 1/4 de cuillerée à café de sel.

2) Le broyage / mixage.

Pour réaliser son pain nature, mettre tous les ingrédients dans un mixeur jusqu’à obtenir un mélange homogène. Idéalement, il ne doit plus rester de céréales entières, car leur texture sera peu agréable en bouche une fois notre pain déshydraté…

Conseil. Il faut veiller à bien rincer et égoutter les céréales germées avant de les mixer. Si elles ne sont pas suffisamment égouttées, elles seront certes plus facile à mixer (la présence de l’eau aidant) mais la texture sera trop liquide pour former des petits pains.

3) Le séchage / déshydratation.

Sécher au soleil le pain essénien. Cela prendrait au moins 3 jours au cœur de l’été, avec une gaze pour protéger des insectes, et il faudrait le rentrer la nuit. Mais vous pouvez tenter l’expérience en été dans un pays chaud et sec. Il sera tout de même plus aisé de confectionner votre pain avec l’une des options suivantes !

Option déshydrateur. Les déshydrateurs sont des espèces de mini-four dont on peut programmer la température au degré près, et dont le thermostat commence à des températures très faibles (30°C). Sur le marché, il en existe plusieurs : Sedona, Excalibur…

Option four. Un four peut aussi convenir. Il suffit de mettre le thermostat au minimum (remarque, 30°C est l’idéal, mais la plupart des fours commencent réellement à 40°C) et de laisser sa porte légèrement entrouverte pendant le séchage. Le temps de cuisson-séchage dépend de la taille des pains et de la température du four…

Conseil. Façonnez des pains de petite taille (maximum 10 cm), qu’ils soient ronds, rectangulaires ou carrés, peu importe : trop grand, le milieu du pain essénien ne serait pas déshydraté convenablement, alors que l’extérieur si.

Lire : La suite (Chaudron Pastel)

À noter. Le Pain d’Ézéchiel est considéré à juste titre comme un pain sain par la diversité des céréales/légumineuses germées (comme le pain essénien) qui le composent.

Malheureusement, les articles que j’ai trouvés à son sujet se focalisent uniquement sur “le germe” et pas du tout sur son mode de cuisson. J’ai fini par trouver ICI une recette, cependant qu’elle indique une cuisson au four à 180° :-/

À ce détail… de taille près, ces pains sont très proches au point, si l’on consent à “cuire” le pain d’Ézéchiel comme un pain essénien… ils ne feraient plus qu’un ! (Rappelons que déjà “pain de Zoroastre” n’est qu’un autre nom du pain essénien) .

Notes
1. Vu dans Morceaux de pains.
2. Tous les bienfaits du pain d’Ézéchiel (HSN Blog) [archive].

Les ingrédients additionnels.

Le pain essénien peut être préparé à partir de n’importe quelle céréale. Ce qui fait qu’il peut être sans gluten… Une fois le coup de main pris, vous pouvez vous amuser à créer des pains originaux en les agrémentant d’épices, de fruits séchés, de légumes séchés, d’aromates… Laissez libre cours à votre imagination gourmande ! Car à partir de cette base, on peut y ajouter selon son souhait ou ses envies de nombreux autres ingrédients, et le proposer en version salée ou sucrée.

Note principale salée ou sucrée ?

En version salée.
herbes aromatiques : basilic, origan, thym, romarin, sarriette, marjolaine…
épices : cumin, curry, poivre, carvi, cannelle, piment, zaatar…
oléagineux : amandes, noisettes, noix, entières, en poudre ou concassées, graines de sésame, lin, tournesol, courge… tout est bon !
légumes comme les tomates séchées, olives, câpres, oignon, carottes…

En version sucrée.
épices (cannelle, vanille).
farines *surnaturelles*, farine de coco, ou farine de chanvre, ou caroube/mesquite.
micro-algues (chlorelle, spiruline ou klamath).
fruits séchés (dattes, raisins secs, figues, abricots secs) : utilisez plutôt des fruits déjà secs pour éviter d’incorporer de l’humidité dans le mélange. Sinon…
fruits frais peu aqueux comme de la banane ou de la pomme râpée, peuvent convenir.
oléagineux (noisette, amande, noix) sous leur forme entière, concassé, en poudre ou même en purée…

Le liant.

Il est vrai que la forme originelle minimaliste du pain essénien peut ne pas être très accessible. L’ajout d’autres ingrédients et travailler sur la texture, apportent des sensations en bouche plus proches de nos références contemporaines.

Il est donc possible d’ajouter à la préparation 1 à 2 c. à s. de graines de chia ou de lin (les graines de chia s’oxydant moins rapidement que le lin sont à privilégier) ou du psyllium. Ces agents texturant naturels sont par ailleurs bénéfiques pour la santé. Ils permettent de nous rapprocher de la consistance des pains que nous aimons. Il est possible de les mixer avant de les incorporer ou les laisser entières : ce n’est qu’une question de goût et d’esthétisme.


Articles similaires

Bouton retour en haut de la page