• Chacun est maître de son libre arbitre
  • Un choix imposé n’est certainement pas le meilleur
  • Le vaccin est la pandémie, le Covid-19 est la diversion, les deux sont un moyen
  • Je ne prépare pas un changement, “Je suis le changement…”
  • Une zone de confort persistante entraine une dépendance
  • Contester est inefficace, résister est insuffisant, s’insurger est illusoire
  • Sortez de la paraisse intellectuelle
  • Développez votre courage, soyez vous-même et ayez confiance en vous
  • Orientez votre futur dans ce présent car cette ligne de temps n’est pas figée
  • Pour ceux qui ont encore des doutes : débarrassez-vous de vos téléviseurs !
  • Déterminons une nouvelle organisation mondiale
  • Vous êtes reprogrammés malgré vous
  • Ils ne sont pas ce que l’on peux imaginer, ils sont bien pires…
  • Obéir c’est collaborer, tolérer c’est accepter, endurer c’est consentir
  • Ne suivez pas naïvement des règles néfastes

Le meilleur des mondes

Les expérimentations sur l’embryon, l’usage généralisé de la drogue. Ces questions d’actualité ont été résolues dans l’Etat mondiale totalitaire, imaginé par Aldous Huxley en 1932. Défi, réquisitoire, anti-utopie, ce chef-d’œuvre de la littérature d’anticipation a fait de son auteur un des témoins les plus lucides de notre temps.
Voici près d’un siècle, dans d’étourdissantes visions, Aldous Huxley imagine une civilisation future jusque dans ses rouages les plus surprenants : un État Mondial, parfaitement hiérarchisé, a cantonné les derniers humains sauvages dans des réserves. La culture in vitro des fœtus a engendré le règne des ” Alphas “, génétiquement déterminés à être l’élite dirigeante. Les castes inférieures, elles, sont conditionnées pour se satisfaire pleinement de leur sort. Dans cette société où le bonheur est loi, famille, monogamie, sentiments sont bannis. Le meilleur des mondes est possible. Aujourd’hui, il nous paraît même familier…

Articles similaires

Bouton retour en haut de la page